RMC Sport

Puel-OL, rendez-vous pour une rupture

Claude Puel

Claude Puel - -

Claude Puel et l’Olympique Lyonnais ont rendez-vous à 10h30 ce mercredi au siège parisien de la LFP pour leur passage devant la commission juridique de la Ligue. Une étape obligatoire dans le processus de licenciement de l’entraîneur.

Trois ans de liaison. Jamais l’amour fou. Et un divorce attendu depuis déjà plusieurs mois. Ce mercredi, à 10h30, l’Olympique Lyonnais et Claude Puel se retrouveront au siège parisien de la Ligue de Football Professionnel. Un passage obligé devant la commission juridique de la LFP qui ne trainera pas en longueur. Les deux parties se quitteront après seulement dix à trente minutes de présence commune dans le 16e arrondissement de Paris. Un temps minimal mais suffisant pour respecter les textes en vigueur.

Après avoir reçu son entraîneur pour l’entretien préalable à son licenciement jeudi dernier et lui avoir signifié ses griefs oralement, l’OL a été obligé de saisir la commission juridique de la Ligue pour rester en conformité avec la convention collective. La quinzaine de membres qui recevront les deux camps procèderont à une tentative de conciliation. Elle n’a que très peu de chances d’aboutir. La commission dressera alors un procès verbal de non-conciliation et le différend sera acté.

Un chèque de quatre millions d’euros ?

Les deux parties seront, du coup, libres de leurs agissements. L’OL pourra nommer son nouvel entraîneur. Ce devrait être Rémi Garde, le directeur du centre de formation, qui est dans les starting-blocks depuis quelques semaines. Et Claude Puel aura toute la latitude pour retrouver une équipe. Se déroulera, en parallèle, la procédure de rupture anticipée du contrat à durée déterminée (jusqu’en 2012) de l’ancien milieu de terrain de l’AS Monaco. Entreront dans ce cadre, les négociations à propos des indemnités, qui promettent d’être serrées.

Car à la dernière année de contrat de Claude Puel, estimée à trois millions d’euros, il faut aussi ajouter diverses primes et le préjudice moral. Le total pourrait donc être supérieur à quatre millions d’euros. « On n’a pas déterminé le montant du préjudice, tempère l’avocat de l’entraîneur lyonnais, Maître Guy Reiss. On n’en est pas là. Pour l’instant, on attend la décision du club. » A Nancy, ce week-end, en marge du jubilé d’Olivier Rouyer avait seulement indiqué qu’il était « au courant de son avenir ». Il ne passe plus par Lyon.