RMC Sport

Rami : «J’ai signé à Valence pour progresser»

Adil Rami dit « Bye bye » au Championnat de France de L1

Adil Rami dit « Bye bye » au Championnat de France de L1 - -

Le défenseur international de Lille a signé à Valence jusqu’en juin 2015, mais il restera dans le Nord jusqu’à la fin de la saison. Il justifie aujourd’hui sa décision de quitter le championnat de France.

Adil Rami, que ressentez-vous après avoir signé votre contrat à Valence ?
Je ressens de la retenue car j'appartiens encore à Lille. Je pense d’abord à leur renvoyer l’ascenseur. J’ai conscience que ce transfert à Valence, je le dois à mes performances sous le maillot du LOSC et de l’équipe de France.

Beaucoup de jeunes footballeurs se sont perdus à l’étranger en quittant trop vite la Ligue 1, notamment pour des contrats rémunérateurs. N’avez-vous pas peur de faire le mauvais choix et surtout d’hypothéquer votre avenir en équipe de France ?
Je ne suis pas du tout d’accord lorsqu’on affirme que les jeunes joueurs partent pour l’argent sans se soucier de l’équipe de France. Pour ma part, j’ai 25 ans et aujourd’hui j’ai décidé de poursuivre ma carrière à l’étranger pour jouer face aux meilleurs attaquants. Tout le monde sait très bien que le niveau offensif des joueurs étrangers est supérieur à celui des attaquants de Ligue 1.

N’auriez-vous pas pu poursuivre votre carrière en France dans un club plus huppé ?
Aujourd’hui, je suis lillois et je ne peux pas quitter ce club pour une autre équipe de l’élite. Marseille et Lyon sont des gros clubs. Ils ont juste une plus grande médiatisation et un effectif un peu plus étoffé que nous, c’est tout. En termes de niveau, nous n’avons rien à envier à l’OM par exemple.

Pourtant, vous avez failli signer à l’OM l’an dernier…
Mon transfert s’était presque fait à Marseille, c’est vrai. Quant à savoir si à Marseille, mon salaire aurait été plus important, je n’en sais rien. J’ai une devise qui reste la même depuis que j’ai quitté mon emploi à la mairie de Fréjus il y a quatre ans : « Ne jamais jouer pour l’argent » et je la respecte scrupuleusement. Dans le monde du football, on m’a toujours dit de me méfier des femmes et de l’argent, et c’est exactement ce que je fais et ce que je respecte.