RMC Sport

Réveillère : « Si on ne compte pas sur moi… »

L'international français, lassé de son faible temps de jeu, n'exclut pas un départ.

L'international français, lassé de son faible temps de jeu, n'exclut pas un départ. - -

Obligé de partager son temps de jeu avec François Clerc pour occuper le poste de latéral droit à Lyon, Anthony Réveillère, courtisé par la Fiorentina, ne cache pas son envie d’être enfin clarifié sur sa situation.

Anthony Réveillère, on vous dit suivi par quelques clubs étrangers, dont la Fiorentina. Un transfert à l’intersaison vous concernant est-il d’actualité ?
L’étranger, je connais, j’ai déjà une expérience à ce niveau-là. Après, je suis très bien à Lyon. Je gagne des titres, j’espère en gagner un nouveau dès samedi. Dans une carrière, c’est important.

Cela ne doit pas toujours être très évident de gagner des titres sans avoir un gros temps de jeu dans la saison ?
C’est sûr qu’on a une situation avec François qui est assez ambigüe. Sur les derniers matches, j’ai joué plus que lui mais ensuite il faut faire le bilan d’une saison. Il faut savoir ce que le club compte faire avec tel ou tel joueur, ce qui est mon cas en l’occurrence. On verra le discours des dirigeants, leur ambition après cette finale de Coupe de France. Le bilan, on le fera à ce moment-là.

La situation doit être pesante, non ?
Quand on s’entraîne une semaine, qu’on a fait un bon match et qu’on n’est pas sûr de jouer la semaine d’après malgré de bonnes prestations, il devient difficile d’aborder sereinement la compétition. C’est bien d’être serein, de savoir où on va. J’en ai parlé avec les dirigeants, ils savent ce que j’en pense. Moi, je joue carte sur table. Si on compte sur moi, je suis là. Si on ne compte pas sur moi, qu’on me le dise. Je n’ai pas à me plaindre sur ces dernières semaines où j’ai joué mais cela n’a pas été le cas sur le reste de la saison. Moi ce que je veux, c’est jouer.

Alix Dulac et Edward Jay