RMC Sport

Savidan : « Je suis déçu »

-

- - -

Steve Savidan, l’attaquant de Valenciennes, pourrait ne pas porter le maillot nordiste la saison prochaine. Ce dernier regrette le manque de franchise de son club à son égard.

Retenu sur le pré dans le cadre du match qui opposait l’équipe de France (les joueurs n’ayant pas joué ou peu joué lors de France-Colombie) à une formation de l’UNFP, Steve Savidan a profité de cette journée pour évoquer son avenir. Un avenir qui ne passe plus forcément par Valenciennes.

« Moi, personnellement, j’ai tout simplement une petite déception à mettre à mon actif. Le club ne m’incluait pas dans un avenir lointain avec Valenciennes. Cela m’a un peu déplu. Je pense sans prétention ou avec prétention d’ailleurs que je fais le boulot. J’ai encore pas mal de choses à faire. Si on me dit qu’aujourd’hui, j’ai trente ans, que dans deux ans j’en aurais trente-deux et qu’on craigne que je sois à court… Je suis en droit d’avoir des réponses. Si le club me dit aujourd’hui qu’il est ouvert à me mettre sur le marché, personne ne doit être lésé ».

« J’aurais peut-être voulu entendre : « non tu ne pars pas » et là j’aurais compris que je faisais partie des plans du club sur le long terme. Oui, j’ai des contacts, on en a toujours. Maintenant en ce qui concerne du concret, c’est très long. Je suis à l’affût d’un projet qui puisse me convenir. Le problème, c’est qu’on n’a pas pu se mettre d’accord sur une fourchette de prix avec les dirigeants. Le paradoxe est de dire que j’ai trente ans, que je ne représente pas l’avenir et d’ensuite me proposer au plus offrant ».

« J’ai eu une conversation avec Antoine Kombouaré. Il a été clair : si on peut te conserver, c’est bien. Si on peut te vendre, c’est bien aussi. Je suis une personne réaliste et très ambitieuse. J’ai encore beaucoup de choses à faire. Je suis prêt à répondre favorablement à un challenge intéressant ». Interrogé sur une possibilité d’aller à Lens, Savidan s’est montré très formel. « La Ligue 2, je n’ai pas envie d’y regoûter tout de suite. Maintenant, Lens ne m’a pas contacté non plus ».

La rédaction - Luis Attaque