RMC Sport

Valence, l’OL, les Bleus : Cissokho se livre

Aly Cissokho

Aly Cissokho - -

EXCLU RMC SPORT. Aly Cissokho, le nouveau joueur de Valence, revient sur les conditions de son transfert. S’il n’a pas apprécié les critiques de Jean-Michel Aulas, l’ex-joueur de l’OL tire un bilan positif de son passage à Lyon.

Aly, quel est votre sentiment après votre arrivée à Valence ?

Je ressens beaucoup de joie. Etre dans un club comme Valence et jouer dans l’un des plus grands championnats du monde, c’est toujours un grand défi et c’est toujours une satisfaction. Il y a les deux meilleurs équipes du monde, le Real et le Barça, donc ce sont de gros défis. Il va être très difficile de les bousculer mais il y aussi de très belles équipes comme l’Atletico, La Corogne... C’est un très beau challenge, une belle continuité pour ma carrière. C’est un grand club avec beaucoup de socios. On sent que les gens sont à fond derrière leur club. On voit que c’est une terre de football.

Avez-vous été touché par le fait qu’il y ait 2 500 supporters à votre présentation ?

C’est sûr que quand je repense à l’époque de Gueugnon, quand je regardais tout ça de loin dans mon appartement, ça faisait rêver. Quand tu ne t’y attends pas, tout va très vite. Ça fait chaud au cœur et ça montre que, que l’on vienne du plus grand centre de formation de France ou de l’un des moins réputés, on peut jouer au plus haut niveau avec beaucoup de travail. Ça va donner envie à beaucoup de jeunes.

Qu’allez-vous retenir de votre passage à Lyon ?

C’est un bilan positif. J’ai gagné deux titres en trois ans (Coupe de France 2012, Trophée des champions 2012, ndlr). J'ai toujours joué la Ligue des champions, j’ai connu une demi-finale et aussi mes premières convocations en équipe de France. C’est un bon souvenir. J’ai joué avec des grands joueurs, j’ai eu l’occasion de venir en Ligue 1, ce dont je n’avais jamais douté, donc c’est un bon bilan.

Pourquoi votre transfert a-t-il été long à se réaliser ?

Le marché est compliqué, c’est l’un des plus difficiles depuis de nombreuses années. C’est la crise en Europe, donc les clubs de football prennent moins de risques pour dépenser et doubler les postes. Il y a eu des intérêts de la part de quelques clubs, donc il fallait bosser deux fois plus pour que les clubs s’entendent sur les prix. Mes agents (le cabinet d’avocats 3A, ndlr) ont dû se battre. Il y a beaucoup de bonus à mettre dans les transferts maintenant. Tous les détails sont importants pour les clubs au niveau financier. Ça n’a pas été facile, j’ai eu l’impression que certains ne voulaient pas faciliter mon transfert, mais l’accord a été trouvé. Je passe à la suite de ma vie, je regarde devant et j’espère que tout se passera bien.

« Aulas ? Entendre de tels propos, ce n’est pas facile »

Repensez-vous aux attaques de Jean-Michel Aulas cet été, quand il a qualifié certains joueurs de l’OL de « pharaons », de « dinosaures » ?

C’est le président du club, il a droit de bouger les joueurs. C’est clair que c’est venu au très mauvais moment, lors de la période des transferts. Les autres clubs qui voient ça vont peut-être hésiter à contacter certains joueurs. Et puis c’était la période de préparation, on avait une finale du Trophée des champions à jouer. Tout le monde était un peu choqué lors du stage, je suis moi-même allé voir le coach pour demander : « Pourquoi ces déclarations ? ». Personne n’a eu de réponses, les joueurs concernés n’en n’ont pas eu, y compris moi. Mais ça reste le football, ça reste le président, c’est comme ça. Maintenant c’est passé, je ne m’en occupe plus.

On vous sent attristé par ces propos…

Oui, c’est clair. Je sais d’où je viens, par où et par quoi je suis passé. Ça n’a pas été facile, j’ai toujours été bien dans chaque équipe que j’ai connue, j’ai toujours été correct avec mes coéquipiers et dans le vestiaire. Donc entendre de tels propos n’est pas facile. Mais un joueur comme Cris, avec toutes les années qu’il a faites, c’est encore plus dur. Mais je pense aussi que c’est quelque chose qui a renforcé le groupe parce que tous les joueurs ont été solidaires avec nous et ont dit dans la presse que ce n’était pas vrai. On a bien répondu par la victoire lors du Trophée des Champions.

Didier Deschamps vous apprécie. Pensez-vous que le fait d’être arrivé à Valence peut vous aider à retrouver les Bleus ?

Tout est possible. Il y a un nouveau coach, une nouvelle ossature à trouver. Il peut s’appuyer sur des joueurs qui sont là depuis longtemps mais on a tous nos chances. Il est passé aussi par Valence donc il connait très bien le club, il suit attentivement tous les joueurs ainsi que ceux de toutes les grandes équipes. Donc c’est toujours un plus de jouer dans une équipe comme Valence où je pourrai me montrer aussi offensif.

Propos recueillis par Mohamed Bouhafsi