RMC Sport

Beigbeder : « Il nous faut du cash »

Le nouveau patron d'Annecy 2018 s'est mis en chasse aux nouveaux partenaires

Le nouveau patron d'Annecy 2018 s'est mis en chasse aux nouveaux partenaires - -

Moins d’une semaine après son officialisation, le nouveau patron de la candidature savoyarde fait le point de la situation. De nouveaux financements privés sont annoncés.

Charles Beigbeder, qu’avez-vous fait depuis lundi et l’officialisation de votre nomination par la ministre des Sports ?
J’ai rencontré les acteurs de la candidature, des présidents de fédérations, des responsables locaux, beaucoup de gens à voir aussi sur Paris, toute une série de personnes qui gravitent autour du projet d’Annecy 2018. J’ai consulté pour préparer les réunions que j’ai eues aujourd’hui à Annecy. J’ai ressenti une atmosphère entrepreneuriale.

Quelles sont les priorités ?
Tout d’abord, la commission d’évaluation du CIO (8-12 février), donc c’est « demain matin ». Il faudra que tout soit parfait avec les membres de la commission et avec les journalistes qui vont venir du monde entier. On veut aussi convaincre certains partenaires économiques de nous rejoindre, et bien sûr avancer sur le lobbying.

Vous pensez pouvoir annoncer de nouveaux partenaires prochainement ?
On a déjà eu des accords verbaux significatifs que l’on doit matérialiser par écrit. On a des ralliements. Il faut avoir un peu plus de ressources financières en cash.

Avez-vous déjà vu la couleur des 2M€ promis par l’Etat ?
Non, mais l’essentiel est que l’Etat se soit engagé. C’est ça qui compte, le reste c’est de la trésorerie.

Qu’en est-il des athlètes Jean-Pierre Vidal et Pernilla Wiberg qui vont vous seconder à la promotion de la candidature ?
Pernilla est sur un tournage, mais il est prévu que je la vois la semaine prochaine, quant à Jean-Pierre Vidal, on travaille tous les jours ensemble. On va répartir nos interventions, on ne va pas tout faire ensemble, j’irai sur certaines opérations, Pernilla et Jean-Pierre sur d’autres.

Vous êtes toujours aussi enthousiaste qu’il y a une semaine ?
Oui, oui, on va tout faire pour gagner, mais c’est sur qu’on n’est pas favoris. On va tout faire pour montrer que c’est le meilleur projet, on a des atouts considérables en termes d’attractivité du territoire et d’environnement.

Propos recueillis par Louis Chenaille