RMC Sport

Bozzetto, la retraite aux flambeaux

Le meilleur snowboarder français est sorti de sa retraite avec la ferme intention de faire un podium à Vancouver

Le meilleur snowboarder français est sorti de sa retraite avec la ferme intention de faire un podium à Vancouver - -

A 36 ans, après une année d’inactivité, le meilleur snowboarder français s’apprête à vivre ses quatrièmes Jeux Olympiques. Plus ambitieux que jamais.

A force, le temps commençait à lui paraître long. Un an, voilà le laps de temps durant lequel Mathieu Bozzetto s’est tenu à l’écart des pistes et des planches de snowboard, témoins de ses exploits passés en Coupe du Monde. « J’avais décidé de prendre une année sabbatique, confie le natif de Chambéry. J’envisageais même d’arrêter. » Mais l’appel de la piste a été le plus fort. Même à 36 ans. Le déclic ? Assister, en tant que spectateur, aux derniers championnats du Monde à Val d’Isère, l’an passé. Chez lui, dans SA station. « C’est extraordinaire de pouvoir vivre des événements comme ça. Tout cela m’a vraiment redonné le goût de revenir. Je me suis vraiment rendu compte que j’avais encore envie de faire une saison de ski. Mais je devais prendre une décision. C’était un peu le dernier moment. Soit je revenais, soit je mettais un terme à ma carrière. »

Et voilà comment le Savoyard s’est retrouvé, le 9 octobre dernier à Landgraaf, au départ du premier slalom parallèle de la saison, le seul en indoor de la discipline. Aux Pays-Bas, Bozzetto rafle la 2e place derrière l’Autrichien Benjamin Karl. Mieux, le 15 décembre, il monte sur la dernière marche du podium du géant de Telluride (USA). Doublée d’une sixième place à Mendaz, en Suisse, début janvier, cette performance lui ouvre les portes d’une sélection en équipe de France. « Mathieu a 90 % de chances d’y être, reconnaît Joël Franitch, le directeur sportif du snowboard tricolore. Il a quand même pour lui son expérience, sa connaissance du haut niveau… » Et un palmarès long comme le bras *.

Seul le podium le motive

C’est fort de ses titres que le doyen de l’équipe de France s’apprête, après confirmation lundi du comité de sélection, à vivre sa quatrième Olympiade, après Nagano (1998), Salt Lake City (2002) et Turin (2006). Mais, après un an sans snow, ce dernier a-t-il toujours le niveau ? « Oui. Mon retour ne se passe pas trop mal. J’en ai eu d’ailleurs la preuve en Suisse. Sur ma valeur pure, je ne suis pas loin des meilleurs. Il ne me manque pas grand-chose pour être dans le quatuor de tête. D’ici les JO, j’aurais le temps de peaufiner tous ces réglages, et d’affiner ma condition physique. »

Bozzetto ne le cache pas. Alors que se présente le dernier défi de sa riche carrière, seul le podium olympique le motive, un podium qui le fuit depuis ses débuts (5e en 1998, 6e en 2002 et 4e en 2006). « Je suis là uniquement pour ça. Remporter une médaille, voilà mon seul objectif. » Alors, hors de question de négliger le moindre détail. « Je pars au Canada pour une épreuve de Coupe du monde (à Stoneham, ndlr) qui n’est pas qualificative pour les Jeux. La liste de sélection est close. Cette étape va juste me permettre de travailler ma technique, de procéder encore à certains réglages, d’affiner ma condition physique. » Et d’être prêt le jour J.

*Le palmarès de Mathieu Bozzetto
Vice-champion du monde de slalom parallèle en 1999 et 2003
Vainqueur de la Coupe du Monde de slalom parallèle en 1999, 2000, 2001, 2002 et 2003
Double vainqueur de la Coupe du Monde générale de snowboard en 1999 et 2000
Recordman des podiums de la discipline (64 podiums)
Recordman des victoires de la discipline (35 victoires)

A.D. (RMC Sport)