RMC Sport

Chartres veut les JO 2024

Les élus locaux de la ville de Chartres proposent de récupérer les épreuves de natation des Jeux olympiques de Paris 2024, pour réduire les coûts.

Et si Chartres organisait les épreuves de natation des Jeux olympiques de Paris 2024 ? C’est en tout cas la volonté des élus locaux de la ville d’Eure et Loire. Le maire Jean-Pierre Gorges a écrit un courrier officiel à Emmanuel Macron, ainsi qu’au CIO, au comité d’organisation des Jeux de 2024 et à la ministre des Sports Laura Flessel.

Avec un argument massue : "C’est évident que la solution la moins chère pour Paris 2024, c’est Chartres, lance Karine Dorange, adjointe à la marie chargée des Sports et vice-présidente de Chartres Métropole. On a déjà deux bassins olympiques sur l’équipement, plus un bassin de 25m. Ce n’est pas suffisant par rapport au cahier des charges des JO, mais il y a beaucoup moins à construire, que ce soit de manière définitive ou temporaire. Compléter l’équipement actuel serait beaucoup moins cher que les plus de 200 millions ou presque 300 millions annoncés pour le centre aquatique des Jeux."

"Chartres est à une petite heure de Paris, avec une autoroute"

Le complexe de Chartres nommé "L’Oyssée", prochainement équipé d’une fosse à plongeon, est le seul en France capable d’accueillir des événements internationaux. Des championnats d’Europe en petit bassin y ont été organisés en 2012, après les Jeux de Londres. Les élus de Chartres espèrent être au moins entendus.

"C’est une vrai volonté, poursuit Karine Dorange. On a lu que la situation était compliquée apparemment pour la construction d’un équipement aquatique en lien avec les Jeux olympiques. En partant du principe que Chartres est à une petite heure de Paris, avec une autoroute qui dessert le complexe aquatique, qui est juste à côté, on s’est dit pourquoi pas nous finalement. Les budgets annoncés sur les dépassements liés à la construction d’un nouvel équipement sont excessifs. Nous avons, nous, déjà dépensé 100 millions sur l’équipement à Chartres et il ne resterait qu’à compléter. Nous sommes propriétaires du foncier donc on propose au CIO de venir et de voir comment on pourrait l’emménager. On ne sait pas si on sera écoutés, mais en tout cas on a écrit en ce sens. On serait sincèrement navrés de voir autant d’argent dépensé dans des structures qui ne seront pas pérennes et qui n’apporteront rien à la population après les JO."

"Le dossier parisien est déjà bien avancé"

Une proposition que le président de la Fédération française de natation Gilles Sézionale trouve "légitime", mais qui ne l’emballe pas vraiment. "On ne peut pas empêcher un maire de faire cette demande, mais pour moi je ne pense pas qu’il y ait de possibilité du tout, car le dossier parisien est déjà bien avancé. Il nous reste simplement à espérer que l’héritage, ce qui va rester après les Jeux, soit aussi bien que ce que l’on a ici à Chartres, qui est aujourd’hui la meilleure offre pour la natation française."

dossier :

Paris 2024

Julien Richard