RMC Sport

JO de Tokyo: "Les fondamentaux de l’organisation sont très solides", rassure le CIO

Christophe Dubi, directeur des Jeux olympiques au Comité international olympique (CIO), assure que tout est mis en oeuvre pour que la compétition, qui suscite encore doutes et polémiques en pleine pandémie, soit sûre sur un plan sanitaire.

Les premiers sportifs qualifiés pour les JO de Tokyo arrivent au compte-goutte au Japon, sur fond d’urgence sanitaire et d’opposition croissante à l’événement. La campagne de vaccination a pris beaucoup de retard au Japon, où environ 2,5% seulement de la population a reçu deux doses du vaccin de Pfizer/BioNTech. Dix des 47 départements du Japon restent soumis à un état d'urgence sanitaire.

Si le gouvernement et les organisateurs des JO assurent que ceux-ci se tiendront de manière "sûre et sécurisée", la population japonaise est massivement opposée à l'organisation des Jeux, souhaitant selon divers sondages leur annulation ou un nouveau report, une hypothèse que les organisateurs ont fermement écartée.

"On est effectivement en période d'état d'urgence, ce qui demande une adaptation quasi quotidienne des mesures envisagées au moment des Jeux, rassure Christophe Dubi, directeur des Jeux olympiques au CIO. Les fondamentaux de l'organisation des JO de Tokyo sont vraiment très, très solides. On l'a vu au travers des dernières épreuves tests: le travail est vraiment bien fait, les sites sont prêts, notamment sur les constructions temporaires."

"Sur chaque sport, sur chaque site, il doit y avoir des protocoles extrêmement bien établis"

Le Comité international olympique a récemment assuré que plus de 80% des résidents du village olympique seront vaccinés, alors que les spectateurs locaux, s’ils sont admis, pourraient être obligés de présenter un résultat négatif à un test anti-Covid ou un certificat de vaccination.

Les organisateurs ont déjà décidé en mars d'interdire la venue de spectateurs de l'étranger, une première dans l'histoire du mouvement olympique, et doivent dire en juin si des spectateurs résidant au Japon pourront accéder aux sites des compétitions et dans quelle limite.

"Les équipes font face dans ce contexte et les tests qui sont effectués, y compris sur l'opération Covid, fonctionnent extrêmement bien, rapporte Christophe Dubi. Même s'il y a beaucoup de craintes aujourd'hui, de la part du public, et on peut le comprendre, toutes ces épreuves tests ont été réalisées et toutes les personnes qui sont arrivées au Japon pour travailler sur l'organisation des JO n'ont pas généré un cas de Covid supplémentaire."

"On doit néanmoins travailler sur le détail aujourd'hui: sur chaque sport, sur chaque site, il doit y avoir des protocoles extrêmement bien établis, admet-il cependant. Y compris lorsqu'on a des solutions qui évoluent de façon asymétrique entre les pays. On est dans cette période où les fondamentaux sont en place pour la tenue de l'événement et on s'adapte par rapport à l'évolution du Covid, au Japon et à l'extérieur, aussi."

QM avec VJ