RMC Sport

Le bébé s’annonce bien !

-

- - -

Un parc olympique ultramoderne et déjà bien avancé, des mesures de sécurité déjà draconiennes, pas de doute, Londres est déjà plongé dans ses olympiades. Gros plan un an jour pour jour avant la Cérémonie d’ouverture.

Infrastructures : dans les temps

Les Anglais ne sont pas en retard. Mi-juillet, le Centre international de radiotélévision était le cinquième site du parc olympique achevé. Le Stade Olympique qui accueille 80.000 places, est prêt depuis le mois de mars. Le vélodrome et les arènes de basketball et de handball sont également opérationnels. « Le parc olympique respecte les délais et le budget impartis », se réjouit John Armitt, le président de l’Olympic Delivery Authority. Un complexe de classe mondiale a été édifié pour le Jeux et de solides fondations ont été posées en vue d’une longue durée. » Pas moins de 30.000 ouvriers auront pris part à la construction du parc olympique. Environ 7% d’entre eux étaient au chômage avant le début des travaux. Sauf catastrophe improbable, tous les sites seront prêts pour le début des Jeux dans un an.

Sécurité : 12000 policiers mobilisés

Les autorités britanniques sont déjà sur le pied de guerre. « Nous nous attendons à menace terroriste d’un niveau très élevé », justifie Chris Allison, le coordinateur olympique de la sécurité. A un an du coup d’envoi des Jeux, Londres a donc déjà tout prévu afin de minimiser tout risque de catastrophe. Pour le pic d’affluence, 12.000 policiers, dont les deux tiers dans la capitale anglaise, seront réquisitionnés afin d’assurer la sécurité des spectateurs et des sportifs. Sur la Lee Valley White Water Center, dans l'Hertfordshire où l’équipe de France de Canoë-Kayak s’entraîne cette semaine en vue de l'Olympic Test Event, compétition aux allures de répétition générale, une demi-douzaine de responsables de sécurité filtrent au compte goûte chaque entrée et empêchent tout accès au public mais aussi aux médias. Il ne s’agit que d’une séance d'entraînement ! « C’est un peu exagéré », juge le double champion olympique Tony Estanguet.

Le titre de l'encadré ici

Londres 2012: les principaux sites|||

AB