RMC Sport

Mekhissi : «L’esprit olympique, c’est magique»

Mahiédine Mekhissi-Bennabad à la Gare du Nord

Mahiédine Mekhissi-Bennabad à la Gare du Nord - -

Mahiédine Mekhissi a vécu le défilé sur les Champs Elysées avec les yeux écarquillés, ce lundi. Le médaillé d’argent du 3000m steeple a été touché par l’accueil du public mais aussi par la fraternité de l’équipe de France.

Mahiédine, vous attendiez-vous à un tel accueil sur les Champs Elysées ?

Quand on est au village olympique, on est coupé du monde, on ne sait pas ce qu’il se passe à l’extérieur et on ne voit pas l’engouement qu’il y a en France. Ça fait plaisir d’être là, de voir tout ce monde et partager cette médaille avec le public français. Quand on court, on représente la France et on veut faire des bons résultats, c’est une fierté. Ça prouve que tous nos sacrifices à l’entraînement n’ont pas été faits pour rien. J’ai besoin de me sentir aimé pour avancer et aller chercher des médailles. Voir ça me donne encore plus envie d’aller chercher d’autres médailles.

Pensez-vous déjà à l’avenir ?

Pour l’instant, je savoure à fond. Je vais me projeter sur Rio pour la conquête du titre olympique. C’est ce qui manque à mon palmarès. C’est ma deuxième médaille d’argent, c’est déjà exceptionnel. J’ai 27 ans et je compte bien décrocher l’or à Rio. Pour l’instant, il faut profiter. J’ai hâte de retrouver mes copains de l’équipe de France pour faire la fête avec eux.

Allez-vous prendre des vacances maintenant ?

Le problème pour l’athlétisme, c’est qu’on a encore beaucoup de meetings. Après les JO, c’est dur de se motiver pour s’entraîner et aller faire des meetings. Les vacances, c’est pour septembre. Je vais bien me reposer.

Les Jeux Olympiques ont-ils une saveur particulière pour vous ?

Ce n’est qu’aux Jeux Olympiques qu’on rencontre tous les autres sportifs français. C’est ça l’esprit olympique, c’est magique. On découvre des sportifs qu’on ne voit qu’à la télé comme les basketteurs, les nageurs ou les handballeurs. On ne les côtoie pas aux championnats du monde d’athlétisme. Le fait d’être tous mélangés, je trouve ça beau. J’espère qu’on a montré une belle équipe de France à travers ces JO. C’était le but. Il y avait une bonne ambiance, on était tous solidaires.

Avez-vous conservé le maillot du Kenyan Ezekiel Kemboi ?

Je l’ai laissé chez moi. Ce maillot, je vais le garder à vie. Je vais le préserver.

Propos recueillis par Camille Gelpi