RMC Sport

Mondiaux : Magnussen reste le patron

James Magnussen

James Magnussen - -

James Magnussen a remporté son deuxième titre mondial consécutif sur 100m nage libre, jeudi à Barcelone. Marqué par son échec aux derniers JO, l’Australien, a remis les pendules à l’heure au détriment des Américains James Feigen et Nathan Adrian. Le Français Fabien Gilot a fini avant-dernier.

Il était attendu. Il est venu. A pénétré dans l’eau, a vu et a vaincu. James Magnussen a conservé son titre, ce jeudi, de champion du monde du 100 m nage libre, acquis il y a deux ans à Shanghai. L’Australien a nagé en 47"71 et s’est défait d’un duo américain formé par James Feigen (47"82), invité surprise de cette finale, et le champion olympique en titre Nathan Adrian (47"84). Ainsi que de… Fabien Gilot (48’’33), incapable de se hisser sur ce podium mondial et vers cette récompense individuelle dont il rêve tant, lui le multimédaillé par équipes. « Ce n’est pas grave, tempérait le médaillé d’or avec l’équipe de France du relais 4x100m. Je suis déçu de ne pas prendre de podium aujourd’hui. »

Septième, le Français n’a jamais été dans le coup pour un succès ce jeudi. Du coup, il a été aux premières loges pour assister au show Magnussen. Pas si évident à deviner à l’issue du premier 50 m et du départ tonitruant de Vladimir Morosov, alors leader de marche. Mais le Russe a explosé sur la durée, terminant finalement à la cinquième place. Ce que n’a pas fait Magnussen, qui n’a pas oublié ce petit centième l’an passé, qui lui avait coûté le titre olympique à Londres.

Comme Biondi, Popov et Magnini

« L’année dernière, il n’avait pas eu de chance pour un petit centième, rappelle Gilot. Aujourd’hui, il regagne son titre. C’est bien. C’est un bon mec. J’aime bien les Australiens. Ce sont de bons vivants. » A tel point que Magnussen viendra adresser une tape amicale au Français, une fois le résultat de la course entérinée. « C'était une course vraiment difficile, confiera-t-il à sa sortie de l’eau. Je n'ai probablement pas été aussi rapide que je l'aurais souhaité. Etant donné les circonstances, je suis satisfait avec la victoire. »

Souriant, le natif de Port Macquarie bande ensuite le muscle et l’exhibe fièrement en direction de la foule. « Il y a plus d’émotions que d’habitud, poursuit Magnussen. Vous savez, les douze derniers mois n’ont pas été simples et je suis pourtant là. C’est une belle récompense franchement pour ceux qui ont cru en moi. » Ces poings brandis... un geste symbolique, comme pour effacer ce souvenir malheureux de 2012 où le Graal olympique lui échappait. Faire occulter la quatrième place de sa nation au relais 4x100, comme à Londres un an plus tôt. Rappeler aux amateurs de statistiques et de livres d’histoire, qu’il est devenu, ce jeudi, le quatrième nageur à avoir conservé, après l'Américain Matt Biondi (1986-1991), le Russe Alexandre Popov (1994-1998) et l'Italien Filippo Magnini (2005-2007), son titre mondial sur 100 m. Et qu’à ce jour, le patron, c’est encore lui.

A lire aussi

Mondiaux : revivez les finales

Mondiaux – Popov : « Tous les sports ont besoin d’une star »

Mondiaux - La France en bronze sur 4x200 m