RMC Sport

Comment jouer les "suited connectors"?

Antoine Vannini, consultant poker RMC.

Antoine Vannini, consultant poker RMC. - -

Comme chaque lundi un professionnel de l'antenne soigne votre poker. Cette semaine, le consultant de l'émission "Docteur Poker" Antoine Vannini aborde une question technique: Comment jouer les "suited connectors"?

Définition

Les connecteurs suités, ou “suited connectors”, sont les mains constituées de deux cartes qui se suivent et se ressemblent, de la même couleur. Typiquement, 6 et 7 de cœur, 3 et 4 de trèfle, ou 8 et 9 de pique. Je ne compte pas 9 et 10 suités, que je rangerais plutôt dans les “broadways” suités pour sa valeur.

Ces mains ne font pas partie des combinaisons fortes du poker, par leur hauteur absolue, mais ont tellement de possibilités d'améliorations post-flop, qu'elles sont à considérer dans notre éventail de mains à jouer.

Quand jouer les "suites connectors"?

Il est important de comprendre que la valeur de ces mains repose sur leurs possibilités de faire des grosses combinaisons telles que double-paire, quinte et couleur. Il faut donc être très prudent avec une simple paire, qui sera rarement la paire max du tableau et ne suffira pas à construire un gros pot en valorisation.

Donc déjà on ne peut pas s'engager pour une trop grosse partie de notre tapis avant le flop, ne pas se commit. Ces mains sont beaucoup plus faciles à jouer en position. Encore plus en multi-way, dès que le coup a été relancé et au moins payé une fois. On peut alors profiter des cotes favorables qui nous sont offertes et espérer trouver un flop acceuillant.

Comme d'habitude, toujours les mêmes paramètres à prendre en compte. Format, structure, adversaires, profilings, risques-récompenses etc...

Faut-il jouer ses mains en fonction de son stack?

En tournoi, en dessous de 20 blinds, on ne s'engagera avec ces mains qu'en faisant tapis, en steal ou re-steal des blindes.

Au delà de 20bb, on jouera notre main principalement en s'adaptant à notre adversaire et la situation, pour voler les blindes, bluffer un open-raiser, ou pour tenter de valoriser post-flop.

Contre un adversaire passif, on préfèrera payer pour jouer l'équité de notre main après le flop en valorisant nos gros tirages ou deux paires plus.

Contre un adversaire agressif ou compétent, on préfèrera passer ou sur-relancer avant le flop plutôt que payer, pour ne pas se faire exploiter et semi-bluffer notre main.

Quels sont les dangers?

Le principal danger de ces mains se nomme « reverse implied odds », littéralement les cotes implicites inversées. C'est le principe d'être dominé en tirage.

Exemple : on paye une relance préflop avec 56 de cœur, et qu'on trouve un flop 23J avec deux cœurs, si l'adversaire détient JQ de cœur, on est assez mal embarqués. Cette situation deepstack est très importante à garder à l'esprit.

Conclusion

Les suited connectors ne font pas partie de l'arsenal des joueurs débutants, car ils sont trop délicats à manoeuvrer. Dès que vous vous sentez suffisamment à l'aise avec votre jeu, vous pouvez commencer à relancer, sur-relancer ou payer une relance avec ces mains, comme les professionnels à la télévision.

JS et AV