RMC Sport

Double Contact - Ghetto Phénomène: "Jul a joué à l’OM, il aurait pu percer dans le foot"

Ghetto Phénomène

Ghetto Phénomène - @RMCSport

RMC Sport a lancé « Double Contact », sa nouvelle rubrique « culture-sport ». Tout au long de l’année, on vous propose des entretiens funs, intimes et décalés avec des artistes qui font l’actualité. A l’occasion de la sortie de leur album « La Vida Loca », disponible depuis le 3 mars, on a rencontré les membres du groupe Ghetto Phénomène. Les rappeurs marseillais, amis d’enfance de Jul, sont des grands passionnés de football. Et de l’OM bien sûr.

Au départ, ils étaient cinq. Comme les doigts d’une main posée sur un micro à la sortie des cours. Tassés dans leurs chambres, Veazy, Bil-K, Friz, Houari et Jul ont longtemps balancé leurs textes entre deux barres de rire. Juste pour le fun. Avant de prendre conscience de leur potentiel et de se trouver un nom : Ghetto Phénomène. Un groupe qui vient de sortir son premier album « La Vida Loca », disponible depuis le 3 mars. Entre-temps, Jul a tracé en solo sa route vers le succès. Mais il reste très proche du quatuor qu’on a rencontré dans le nord-est de Paris, deux jours après la victoire 5-1 du PSG au Vélodrome. Une soirée forcément douloureuse pour les rappeurs de Marseille, contraints de suivre le match dans la capitale en raison de leur promo.

Amoureux de l’OM, ils espèrent que le « Champions Project » vendu par Frank McCourt va leur permettre de retrouver les sommets d’ici quelques années. Histoire de rêver à un deuxième 26 mai 1993, une date dont on leur parle depuis la naissance. Malgré leur emploi du temps de plus en plus chargé, les amis d’enfance, qui viennent de différents quartiers de la cité phocéenne, essaient de se réunir dès que possible pour taper le ballon. Avec Friz, le « Yaya Touré » de la team, passé par un centre de formation en Suède. Et parfois Jul, que tous décrivent comme un excellent gaucher, qui aurait pu envisager un avenir professionnel. Celui qui a reçu cette année le prix du meilleur album de musique urbaine aux Victoires de la musique a d’ailleurs porté le maillot de l’OM durant deux ans. Avant de se consacrer entièrement au son. Pour pouvoir chanter avec son équipe : « Je suis resté fidèle au barrio »…

« On n’a jamais lâché le ballon, on aime trop ça »

A part Houari, qui préfère la bécane, les membres du Ghetto Phénomène sont très branchés foot. Ils jouent aussi un peu dès qu’ils en ont l’occasion. Si Veazy a stoppé sa carrière en raison d’une blessure à la jambe, Bil-K et Friz, qui est passé par un centre de formation en Suède, sont toujours affûtés sur le terrain.

« Les survêts des autres clubs à Marseille, c’est un effet de mode »

Les groupes de supporters de l’OM se sont lancés dans une chasse aux footix au Vélodrome. En gros, tout emblème d’un autre club n’est plus la bienvenue dans l’enceinte. Un combat que comprennent les membres du Ghetto Phénomène, même s’ils estiment que chacun est libre de porter le survêt qui lui plait à Marseille. Même celui du PSG.

« Garder Lopez, Sanson, Payet et changer le reste ! »

L’arrivée de Frank McCourt et de son « OM Champions Project » leur donne de l’espoir pour les années à venir. S’ils rêvent de voir des joueurs comme James Rodriguez, Raheem Sterling ou Raphaël Varane au Vélodrome, les rappeurs marseillais veulent surtout renouveler l’effectif en profondeur. 

« On a fait du ping-pong avec Robert Pires »

Les gars du Ghetto Phénomène ont quelques connexions dans le monde du foot. Au gré des concerts et des tournages de clips, ils ont pu croiser Benjamin Mendy, Rémy Cabella ou Ryad Mahrez. Houari et Veazy connaissent également Zinedine Machach, qui a grandi dans leur quartier. Mais le groupe peut surtout se vanter d’avoir joué un jour au tennis de table avec Robert Pires !

« Jul a joué à l’OM, il aurait pu percer dans le foot »

C’est une anecdote peu connue de son parcours : Jul a joué durant deux années à l’OM. Entre 14 et 16 ans, d’après les souvenirs de ses potes, qui le décrivent comme un joueur offensif avec un très beau pied gauche. Selon eux, l’interprète de « Tchikita », qui a débuté au Burel, avait le talent pour envisager une carrière pro. Mais il a dû faire un choix entre la pelouse et la scène.

« Tout le monde parle du 26 mai 1993 à Marseille »

Les rappeurs du Ghetto Phénomène sont beaucoup trop jeunes pour avoir vécu la victoire de l’OM en Ligue des champions. Mais ils ont grandi avec le souvenir de cette tête de Basil Boli face au Milan AC le 26 mai 1993. Une date qui continue de faire rêver tout Marseille deux décennies plus tard.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur