RMC Sport

Champions Cup : Deux sur deux pour Toulon, Toulouse bon à l’export

Delon Armitage

Delon Armitage - AFP

Toulon s’est imposé avec autorité sur la pelouse de la province irlandaise de l’Ulster (23-13). Avec ce deuxième succès consécutif en Coupe d’Europe, le double tenant du titre assoit son leadership dans la poule 3. Toulouse réalise une belle opération en s’imposant à Bath (21-19), au contraire de Montpellier, qui signe une deuxième défaite de rang, à domicile cette fois, face à Glasgow (15-13).

En une semaine, Toulon a changé de ton. Et le changement, s’il s’est révélé spectaculaire pour les supporters du RCT, a été trop brutal pour l’Ulster, jamais en mesure de faire trembler le club varois. Le visage poussif affiché une semaine plus tôt face aux Scarlets ? Laissé dans les vestiaires de Félix-Mayol. Ce samedi, sur la pelouse de l’Ulster, Toulon était en mode « double champion d’Europe ». C’est-à-dire intraitable en défense, articulée autour d’un énorme Steffon Armitage dans les rucks… si ce n’est cet essai tardif, non transformé, concédé en toute fin de match par Gilroy (78e). Et particulièrement redoutable en attaque.

Une addition de puissance suffisamment imposante pour faire craquer un adversaire qui n’avait perdu qu’un seul de ses 17 derniers matches à la maison. Un essai à la pause d’Habana, en conclusion d’un superbe mouvement offensif juste avant la pause (40e) et un autre, signé Delon Armitage peu avant l’heure de jeu (58e), ont eu raison d’une province irlandaise souvent à la faute et donc souvent sanctionnée par Leigh Halpenny (3 pénalités).

Même pas perturbé par les sorties sur blessure de Juan Fernandez Lobbe (adducteurs) et de Matt Giteau (cuisse), Toulon signe un deuxième succès consécutif en Coupe d’Europe et conforte avec autorité son leadership dans la poule 3. « C’est un bon coup, savoure Bernard Laporte. Mathématiquement, ça nous propulse vers le haut et eux, ça les met en danger. Ça ne fait pas un candidat de moins, mais un candidat blessé. Ce n’est pas fini mais ça nous met dans des conditions favorables. »

Toulouse gagne aussi à l’extérieur

Le RCT n’a pas été le seul club français à être bien inspiré de l’emporter hors de ses bases. Toulouse, en déplacement à Bath, a également ramené un succès de son périple en Angleterre. Une victoire précieuse (21-19), obtenue dans la douleur mais surtout synonyme de première cette saison, toutes compétitions confondues, pour les protégés de Guy Novès. Un succès – le quatrième toutes compétitions confondues - construit autour d’un des hommes en forme du Stade, Imanol Harinordoquy, impressionnant dans l’impact, auteur d’un très bel essai (48e), imité auparavant par Clerc (14e) puis Médard (65e), bien servi par… l’ancien Biarrot. Sous pression après une percée de Batty à cinq minutes de la sirène, Toulouse tient bon et concède le bonus défensif à son adversaire.

Pas de quoi gâcher la fête : les Rouge et Noir, deuxièmes de la poule 4 à un point de Glasgow, ont presque définitivement écarté les Anglais à la course aux quarts de finale. « Comme je vous disais, je ne fais pas de langue de bois mais on ne va pas non plus monter aux arbres, assure Guy Novès. Tant mieux pour nous. Là on a deux victoires en coupe d’Europe. On est dans le coup. On va continuer à s’accrocher. Quand on gagne ce genre de match en Coupe d’Europe à l’extérieur, dans ces conditions, c’est avant tout la victoire des mecs, des joueurs. »

Montpellier a, de son côté, grandement hypothéqué ses chances de sortir de cette même poule. Défait par Toulouse lors de la 1ère journée (30-23), le MHR s’est incliné ce samedi à domicile face à Glasgow (15-13). Longtemps monotone et réglée au pied, la partie ne s’est finalement emballée que dans les derniers instants, après l’essai de pénalité des Héraultais, qui leur assurait le point de bonus défensif. Cela ne consolera pas les troupes de Fabien Galthié, assez défaillantes face aux poteaux (deux pénalités manquées par Paillaugue, une par Ibaren, un drop raté de Selponi). Autant de cartouches manquées, à ce niveau, ça ne pardonne pas…

la rédaction