RMC Sport

Les regrets de Clermont

-

- - -

L’ASM chute d’entrée sur la pelouse de l’Ulster (11-16), promesse d’une campagne européenne sans autre droit à l’erreur. La faillite au pied de ses buteurs a coûté aux Auvergnats une victoire qui leur tendait les bras.

Il y a des endroits plus accueillants que Ravenhill pour débuter une épopée en H-Cup. Les Ulstermen y sont invaincus depuis trois ans et le vent balaie en permanence les espoirs des visiteurs. Clermont y a cru pourtant. Longtemps, jusqu’à dix minutes de la fin et un essai cruel de Ian Humphreys après une percée de Gordon d’Arcy, un des quatre mondialistes irlandais alignés hier, autant que du côté de Clermont. Julien Bonnaire, l’un d’entre eux, traduit le sentiment général : « Il nous a manqué un peu de maîtrise, comme sur l’essai où on manque trois plaquages. Si on avait maintenu le niveau de la première période, on aurait gagné. »

Vermeulen: « On est tombés dans le traquenard »

Dominés dans le second acte par l’envie des Irlandais, trop frileux après l’essai de Nakaitaci (5-0, 6e), les Clermontois ont surtout failli au pied. Parra, Skrela puis James ont laissé filer 15 points qui auraient sans doute fait la différence. Les mêmes n’ont pas su non plus occuper le terrain au plus fort de la tempête. « On s’est mis en danger en jouant beaucoup chez nous. On aime la difficulté. Là, on s’est bien mis dedans. On est tombés dans le traquenard », constate Elvis Vermeulen. A force de voir les vagues rouges arriver, la digue jaune a cédé. « On a perdu le fil en deuxième période, analyse Aurélien Rougerie. On est déçus parce qu’il y avait la place. Ce point de bonus (défensif), c’est mieux que rien. »

Peu gâté ces dernières saisons au tirage, ils ont cette fois hérité d’une poule dont ils visent la première place pour accueillir en quart. La donne a déjà changé avec ce revers, qui les condamne à un quasi sans-faute sur les cinq matches restant. Avec cette défaite, Clermont a enchaîné à Belfast une deuxième défaite de rang après la déculottée prise face au Stade Français à Saint-Denis (16-37). Loin de céder à la panique, les Auvergnats voulaient relativiser. « Il y a eu de bonnes choses et on va s’appuyer dessus pour rebondir la semaine prochaine », prévient Rougerie. La réception des Italiens d’Aironi (battus par Leicester 28-12), vendredi prochain, est effectivement une occasion rêvée de relancer la machine auvergnate.

Silvère Beau avec J. Te