RMC Sport

FFR: "La guerre, c'est la LNR qui l'a déclenchée", lâche Laporte après sa réélection

Invité de RMC quelques heures après sa réélection à la tête de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte déplore la "guerre" avec la Ligue nationale, tout en appelant à la "solidarité" du monde professionnel.

"Il y a eu beaucoup d'injustice. Et je ne supporte pas l'injustice". Réélu de justesse président de la Fédération française de rugby (FFR) face à son opposant Florian Grill, Bernard Laporte s'est exprimé ce samedi sur RMC pour exprimer sa satisfaction d'avoir été reconduit "sur un bilan", mais aussi pour "que les choses soient claires". L'ancien secrétaire d'État et sélectionneur du XV de France constate qu'il a dû s'imposer en ayant "tout le monde contre nous".

Dans son viseur, notamment, la Ligue nationale de rugby (LNR) qui a assigné la fédération devant le tribunal administratif. Une procédure enclenchée à cause du différend autour du calendrier automnal à six matchs de l'équipe de France. "La guerre, c'est la LNR qui l'a déclenchée il y a six mois. La LNR a pris un parti pour l'opposition", souligne Bernard Laporte avant de tirer d'autres flèches sur l'instance dirigée par Paul Goze.

"Il n'y a rien qui m'inquiète"

"C'est quoi la LNR? J'ai envie de parler à Didier Lacroix, Thomas Lombard, Mohed Altrad et de parler aux présidents de clubs, qui sont avec moi et que j'écoute. Il n'y a que ça qui m'intéresse. Le reste, ça ne m'intéresse pas. La LNR aura un nouveau président et on fera tout pour que ce soit consensuel, que tout se passe bien", ajoute-t-il, satisfait des "messages" de soutien des présidents et désireux que le monde professionnel soit "solidaire" dans ce contexte de crise sanitaire qui plombe l'économie du rugby.

Quant à l'audience à venir devant le juge administratif pour ce conflit avec la LNR, Bernard Laporte est serein: "Il n'y a rien qui m'inquiète". L'occasion pour lui de rappeler qu'il n'y est pour rien dans la programmation des six matchs des Bleus: "Les gens s'imaginent que c'est Bernard Laporte qui décide, que c'est le roi. Mais ce n'est pas ça, c'est World Rugby qui décide. (...) Si je ne fais pas les six matchs, je serai sanctionné et on va me demander de sanctionner les clubs. Vous vous rendez compte que la LNR a dit qu'elle libérait tous les internationaux étrangers, mais pas les internationaux français? Mais on va où? Dans quel monde vit-on?"

JA