RMC Sport

Souleymane Cissokho: "Je suis très content d’avoir pu boxer devant du public"

Souleymane Cissokho

Souleymane Cissokho - Icon Sport

Souleymane Cissokho a conservé son invincibilité chez les professionnels avec un douzième succès en autant de combats. Le médaillé de bronze aux Jeux de Rio a battu le Mexicain Daniel Echevarria par arrêt de l’arbitre à la sixième reprise, samedi soir, lors d’une réunion organisée à Dallas devant 5.000 personnes.

Souleymane Cissokho, pour votre reprise, vous avez gagné avec la manière. Comment vous sentez-vous ?

Cela faisait 18 mois que je n’avais pas boxé. Je suis très content. J’ai eu de bons retours. Le public mexicain m’a applaudi. Les Américains ont bien aimé, le promoteur aussi. C’était un boxeur dur au mal. Le travail a été bien fait.

Aviez-vous un plan particulier pour ce combat ?

Non. Avec mon coach, on avait dit « Souley, tu boxes », il n’y avait pas de plan. En plus, je n’ai connu l’identité de mon adversaire que très tard. Il fallait s’adapter.

Le combat s’est déroulé avec du public dans l’American Airlines Center, la salle notamment de la franchise NBA de Dallas. Qu’est-ce que cela vous a fait de boxer en public ?

Oui, il y avait 5.000 personnes. Au Texas, les évènements sont ouverts au public. Je suis très content d’avoir pu boxer devant du public. C’est vrai que sans, cela aurait été très bizarre.

Quel est votre programme à venir ?

Un peu de repos mais j’ai envie d’enchaîner. Il y a du temps à rattraper. On va se réunir très vite avec le promoteur. J’espère faire trois combats d’ici la fin de l’année mais il n’y a rien de sûr.

Avez-vous marqué les esprits, au-delà de la victoire ?

Bien sûr, c’était en "prime time" entre deux championnats du monde. Les retours que j’ai eu sont vraiment très bons de la part de tout le monde.

Le monde de la boxe pleure ce week-end le décès de Marvin Hagler...

Je l’ai appris quand j’étais dans le vestiaire. On était tous touchés, mon coach aussi car c’était un boxeur de son époque. Pour moi, c’était vraiment un repère, un modèle dans cette catégorie des super-welters, poids moyen. Il a marqué la boxe, c’était un dur au mal, très agressif. Le grand public se souvient de lui et de son envie d’aller vers l’avant.

Arnaud Valadon