RMC Sport

Vitali Klitschko veut mettre KO le régime ukrainien

Vitali Klitschko veut mettre KO le régime ukrainien

Vitali Klitschko veut mettre KO le régime ukrainien - -

Adulé en Ukraine, Vitali Klitschko, boxeur champion du monde poids lourds, s’est lancé dans une lutte acharnée contre le régime actuel de son pays. Leader de l’opposition, il entreprend de mettre un terme à la corruption qui gangrène la société et vise la présidentielle de 2015.

En seize ans de carrière, les combats, nombreux, ont défilé à toute allure. Les uppercuts décrochés froidement, aussi. Mais c’est sans doute maintenant que Vitali Klitschko, 42 ans au compteur, livre sa lutte la plus importante de sa vie. Et celle-ci ne se tient pas sur un ring, théâtre habituel de ses prouesses (45 victoires en 47 combats). Dans les rues de Kiev où des centaines de milliers de personnes descendent actuellement pour manifester, notamment à la symbolique place de l’Indépendance, le triple champion du monde poids lourd WBC ne passe pas inaperçu. 2m02 et 144 kilos sur la balance, l’enfant de Belovodsk en impose. Aux côtés de cette kyrielle de manifestants, il s’érige en tant que leader opposant au régime ukrainien actuel. Un élan contestataire pro-européen émanant de la décision du président ukrainien Viktor Ianoukovytch de rompre, sous la pression de Moscou, tout accord de libre-échange lors d’un sommet, en Lituanie, entre l'Union européenne et six anciennes républiques soviétiques. De ce revirement de situation est né un soulèvement populaire sans précédent, comme le pays n’en avait plus vu depuis la Révolution Orange de 2004. 

Mais Vitali Klitschko n’apparaît pas comme un simple figurant médiatique ou un pantin écervelé servant les intérêts des autres. Même si c’est grâce à la boxe qu’il a obtenu sa notoriété en Ukraine -une nation où la réussite hors des sentiers de l'oligarchie n'est pas courante-, le sportif est également connu pour être un intellectuel. Polyglotte -il parle quatre langues couramment-, il est l’auteur d’une thèse sur la méthodologie d’évaluation des performances des boxeurs. Ce n’est qu’à la suite de la Révolution Orange il y a neuf ans qu’il fait ses premiers pas en politique. Aujourd’hui à la tête du parti Oudar (signifiant « coup de poing » en ukrainien) et principal figure de l’ « Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme », sa voix fait écho dans le paysage politique. La preuve aux dernières législatives de 2012 : Oudar a obtenu 13,95% des voix, un score inattendu qui lui permet d'occuper 40 sièges au Parlement, et de devenir la troisième force politique du pays.

La présidentielle de 2015 en ligne de mire

Politiquement légitime et grandement apprécié par l’opinion publique, le frère aîné de Wladimir Klitschko entend s’appuyer sur le soutien du peuple pour faire basculer le régime de Ianoukovytch, accusé de mener l’Ukraine à l’isolement international. « Nous avons besoin d’un changement de gouvernement parce que ce gouvernement ne peut pas, ou ne veut pas écouter le peuple. Ce gouvernement use des forces de police pour torturer les gens, pas pour les défendre. Le gouvernement, le parlement et le président, doivent démissionner », a-t-il clamé récemment. Les desseins de l’imposant Ukrainien se veulent limpides, simples : ouvrir son pays à l’Union européenne pour bénéficier de sa croissance, s’affranchir du joug de Moscou, en finir avec la corruption omniprésente dans les hautes sphères du gouvernement et réformer en profondeur l’Ukraine en s’appuyant sur ses ressources (gaz, richesses minières et pétrolières).

Pour accomplir ses objectifs vertigineux, Klitschko brigue ni plus ni moins que la présidentielle de 2015. « Je serai candidat à la présidentielle », a-t-il affirmé haut et fort au Parlement il y a quelques jours. Selon les derniers sondages, il battrait d’ailleurs Ianoukovitch au second tour. C’est dire l’engouement et l’espoir que suscitent le champion. Un combat, encore un combat. Sans doute le plus important de sa vie. Autrefois livré à lui-même sur le ring, Vitali Klitschko ne marchera cette fois pas seul, porté un peuple en quête de renouveau.

Lire aussi : 

>> Comment Tyson déjouait les contrôles antidopage

>> Asloum : « J’ai pris goût au cinéma »

>> Toute l'actualité de la boxe

R.D.