RMC Sport

Tennis : Marion Bartoli raconte son calvaire

Marion Bartoli

Marion Bartoli - AFP

Une semaine après sa sortie de l’hôpital, Marion Bartoli s’est confiée à Paris-Match. La vainqueur de Wimbledon 2013 raconte son combat face à un virus qui l’a considérablement affaiblie.

« J’ai failli mourir. » Marion Bartoli est une miraculée. Sortie de l’hôpital il y a une semaine, la vainqueur de Wimbledon 2013, infectée par un virus, revient de très loin. « J’étais épuisée, mon corps était si fatigué que tout contact – l’eau du robinet, les ondes du téléphone... – m’était intolérable, raconte-elle ce jeudi à Paris-Match. Je les percevais comme des agressions. (…) Capable de me battre sur les cours, je suis restée une guerrière face à cette souffrance. »

« Le plus atroce de ma vie »

De la clinique Merano indiquée par le milliardaire Richard Branso à l’Hôpital de Garches, Marion Bartoli a subi des épreuves qu’elle n’oubliera pas. « J’ai été placée sous sonde gastrique, poursuit-elle. De quoi absorber 500 calories par 24 heures avec juste 10 grammes de protéines. La pose de la sonde correspond au moment le plus atroce de ma vie, l’infirmière s’y est reprise à trois fois, je tremblais, j’étais couverte de sueur tellement la douleur était forte. J’ai pleuré comme jamais. Dans mon état de minceur, les perfusions que j’avais en permanence étaient aussi une véritable épreuve. J’avais les bras enflés, douloureux. »

Peinture et dessin pour occuper ses journées

A Garches, coupée du monde, elle s’est mise à la peinture, au dessin pour occuper ses journées entre ses soins. Et comme elle restera toujours une femme hyperactive, elle s’est aussi projetée sur sa rentrée. « Je voulais tout cadrer : les commentaires de l’US Open, ma présence à la Fashion Week de Paris, mes trois collections pour Fila, celle pour Bensimon, sans oublier le marathon de New York et le Strive Training de Benson où je me suis inscrite. » Pour le marathon de New York, il faudra sans doute viser 2017.

A lire aussi>> "La fin du tunnel" pour Marion Bartoli, sortie de l'hôpital