RMC Sport

Bolt est-il en perte de vitesse ?

-

- - -

Pour son 100m de rentrée au Cayman International de George Town (Iles Caïmans), Usain Bolt a déçu. Pire, il a réalisé sa plus mauvaise entame de course sur l’épreuve reine depuis 2008, année de son explosion au plus haut niveau. Faut-il s’en inquiéter ? Eléments de réponse.

Dix secondes et 9 centièmes. Beaucoup de coureurs de 100m se seraient amplement contentés de ce chrono de rentrée. Pas Usain Bolt, l’homme le plus rapide de la planète, dont le cas intrigue dès lors que ses temps ne décollent pas. Forcément. Pourtant, les explications pour justifier ce chrono « indigne » pour un homme du calibre d’Usain Bolt ne manquent pas. Et ce pour trois raisons, comme l’explique Renaud Longuèvre, manager national du sprint.

Les premiers effets post-olympiques

A 26 ans (bientôt 27 en août), Bolt gère différemment ses débuts de saison post-olympiques. Il court moins, travaille le 100m bien plus tard dans l’année qu’à ses 20 ans, et se met à la vitesse pure plus tard dans la saison. « Les années post-olympiques ou après les années importantes, il va devoir se ménager physiquement, conseille Longuèvre. Plus on va vite et plus l’athlète est fragile. Les années s’accumulent pour Bolt. Il y a une usure. Il va falloir qu’il augmente sa vigilance pour prévenir les blessures. »

Une préparation usante

Pour Longuèvre, le temps est venu de changer et d’innover dans le camp de Bolt. « Les Jamaïquains font un travail foncier tout l’hiver. Je ne vois pas de changement majeur dans sa préparation mais les années s’accumulent pour Bolt. Il y a une usure. Il va falloir qu’il augmente sa prévention des blessures. » Au risque de multiplier les courses de rentrée ratées ou de voir sa suprématie être mise à mal. Plus tôt que prévu.

Une mécanique grippée

Touché aux ischio-jambiers, Bolt a dû diminuer ses séances d’entrainement avant son meeting de rentrée effectué au Cayman International de George Town (Iles Caïmans). Il a même dû zapper le 200 m, histoire de ménager au maximum cette zone musculaire douloureuse située derrière la cuisse. « L’inquiétude, c’est sa blessure, souligne d’emblée Longuèvre. Pour un sprinter, les ischios, c’est la pire atteinte musculaire. C’est le muscle du sprinter. Plus la vitesse est importante, et plus la pression sur ce muscle l’est. Il a géré et couru à l’économie. » A tel point qu’il a même totalement raté son départ.

Conclusion

Si Bolt nous a rarement habitués à une telle entame de saison, il est prématuré de tirer la sonnette d'alarme. « S’il veut être fort, il le sera, » souffle Pierre Carraz, l’entraineur de Christophe Lemaitre. Autrement dit : dès que le sextuple médaillé d'or olympique sera rétabli et décidera d'appuyer sur le champignon, personne ne lui pourra résister.