RMC Sport

Bolt rassure son monde

-

- - -

Alors que l’inquiétude monte autour de l’état de santé d’Usain Bolt, le triple champion olympique a rassuré tout le monde à l’occasion d’une conférence de presse organisée ce jeudi. Mais le flou demeure.

Pas de panique, Usain Bolt va bien. Il l’a dit et répété ce jeudi. Interrogé sur tous les sujets pendant près d’une heure en compagnie de son compatriote Asafa Powell, le sprinteur jamaïcain a répondu à toutes les questions de la presse internationale. Et forcément, l’état de son dos est revenu au centre des discussions. « Mon dos m’a causé quelques problèmes mais je vais mieux, a indiqué le triple champion olympique de Pékin. Les problèmes sont derrière moi. Les médecins ont arrangé tout ça. Je vais bien. Je m’entraîne dur. A chaque fois que je m’engage dans un championnat, Je ne pense jamais à la défaite. »

A en croire ceux qui suivent de près Bolt, il n’y a pas de peur à avoir. « Usain a toujours été très confiant, indique Jake, journaliste présent à Londres et originaire de Kingston. Même quand il n’est pas dans la forme de sa vie il est très confiant. Mais le plus important, c’est qu’il est toujours arrivé en grande forme lors des grands championnats. Je pense que, même s’il n’est qu’à 95%, il peut gagner. Mais s’il fait une erreur. Je pense que Yohan Blake saura en profiter. »

« Pas la fin du monde si je ne suis pas champion »

Blake justement. Le compatriote qui l’avait battu lors des sélections jamaïquaines mais qui reste derrière son illustre prédécesseur dans le cœur des supporters. « Mister Blake, je ne vous manque pas de respect. Je vous aime beaucoup. Mais vous savez que Monsieur Bolt est le patron. Vous n’y arriverez pas cette fois. La prochaine fois peut-être. Mais pas cette fois », se marre Valten. T-shirt de Bob Marley, dreadlocks sur la tête et cigarette qui font rire au bec, ce supporter habitant à Londres ne se fait aucun souci.

Ces derniers jours, alors qu'il a établi son camp de base en Angleterre en vue des JO, le Jamaïcain âgé de 25 ans est pourtant allé consulter à Munich, et en catimini, le docteur Müller-Wohlfahrt, le médecin des stars du sport, chez qui il s'était déjà rendu cet hiver pour un « check-up » approfondi. Et puis il y a la pression. Lui refuse de l’admettre, mais tout un peuple a les yeux braqués sur lui. « Mais non, ce n’est pas la fin du monde si je ne suis pas champion. Je serai bien évidemment déçu. C’est pour ça que nous avons travaillé dur. C’est l’objectif de ma vie. » Il faudra attendre les séries du 100 m le 3 aout pour juger de son état de forme. Après les paroles, place aux actes.

Le titre de l'encadré ici

Bolt porte-drapeau « honoré »|||

Ce sera à n’en pas douter l’un des temps forts de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Londres vendredi. Usain Bolt, star annoncée de ces Jeux, conduira la délégation jamaïcaine, dont il a été désigné porte-drapeau ce jeudi. Une première mise en lumière pour Bolt, triple champion olympique à Pékin (100m, 200m, 4x100m). « C'est un honneur, a déclaré Bolt en conférence de presse. J'aime la Jamaïque et je ne pourrais vivre ailleurs. Je suis très heureux de passer seul à la télé (rire) et très pressé d'être à la cérémonie. » La nouvelle a été officialisé ce jeudi lors d’une conférence de presse organisée par l’équipementier de la star. Plus de 200 journalistes triés sur le volet, un hangar aménagé « made in Jamaïque »... L’organisation avait mis les petits plats dans les grands avec notamment l’ancien hurleur britannique Colin Jackson en maître de cérémonie.

Pierrick Taisne à Londres