RMC Sport

Brixton a vibré pour Bolt

Brixton, le quartier jamaïcain de Londres

Brixton, le quartier jamaïcain de Londres - -

Le quartier jamaïcain de Londres a suivi avec émotion la finale du 100m dimanche soir. Des dizaines de milliers de personnes ont salué le doublé d’Usain Bolt et de Yohan Blake. Mais c’est bien le champion olympique qui a mis la foule dans tous ses états.

La clameur a duré 9’’63. Le temps qu’un éclair foudroie le stade olympique de Londres. A quelques kilomètres au sud de la ville, Brixton a vibré pour son héros. A 22h50, au moment où Usain Bolt a franchi la ligne d’arrivée, le quartier jamaïcain a basculé dans l’hystérie. Klaxons, fumigènes, confettis, une foule compacte a célébré le nouveau sacre de l’homme le plus rapide du monde. Des dizaines de milliers de personnes s’étaient rassemblées dans ce « Little Kingston » pour suivre le « 100m du siècle ». Toute la journée, des concerts de reggae et de ragga ont rythmé l’avant-course.

Malgré les récentes polémiques, personne n’a douté une seconde de la victoire de Bolt. « Il a gagné, il a gagné, s’époumone Luton, tee-shirt de l’idole sur les épaules. C’était sûr. C’est l’homme le plus rapide de la terre ! » De nombreux touristes ont rallié Brixton pour profiter de l’ambiance. Et ils ne sont pas déçus. A 7 500 km de la Jamaïque, tout est fait pour recréer l’atmosphère de l’île aux sprinters. Des stands de nourriture caribéenne ont été dressés. Au milieu des passants, des ailes de poulets s’entassent sur des barbecues de fortune. Des odeurs de grillade auxquelles se mêlent des senteurs plus enivrantes. « Usain Bolt est maintenant au même niveau que Bob Marley pour nous », assure Sidi Leeroy, barbe épaisse, dreadlocks et pupilles dilatées.

Un 50e anniversaire de l’indépendance fête dignement

La fête est totale pour la communauté jamaïcaine de Londres, la plus importante de la ville. Cerise sur le gâteau, Yohan Blake (9’’75), l’autre prodige de la nation, a décroché l’argent. Dans la foulée du roi Usain, le champion du monde de la distance a mis à l’amende les Américains Justin Gatlin (9’’79) et Tyson Gay (9’’80). Un doublé qui ravi le peuple vert, jaune et noir. Hasard du calendrier, ce moment historique coïncide avec le 50e anniversaire de l’indépendance de la Jamaïque. Autant dire qu’à Brixton, la soirée s’annonçait longue, très longue…