RMC Sport

Lavillenie, maître en sa demeure

Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie - -

Intouchable, Renaud Lavillenie est devenu champion de France en salle de saut à la perche, ce dimanche après-midi à Aubière. Chez lui, le champion olympique de la discipline a devancé Stanley Josef et Romain Mesnil.

Cinq meetings, cinq succès, que des sauts à plus de 5m80… Renaud Lavillenie arrivait en pleine confiance aux championnats de France en salle. Le perchiste, champion olympique à Londres l’été dernier, n’a pas déçu. Chez lui, à Aubière, face à un sautoir qu’il connaît par cœur, il a tout simplement été intouchable. Avec un saut à 5m93, il a réussi la meilleure performance de l’année, améliorant ainsi d’un centimètre son propre record (il avait sauté 5m92 à Rouen fin janvier). « C’est mon troisième titre de champion de France d’affilée mais c’est toujours aussi bon, a savouré le perchiste à l’antenne de RMC. Surtout celui-là, à la maison. Il a beaucoup de saveur. »

Derrière l’intouchable Lavillenie, la concurrence est bien loin. Stanley Josef et Romain Mesnil finissent respectivement deuxième et troisième (5m62). Sûr de sa force, Lavillenie a régalé son public en tenant de franchir la mythique barre des 6m, exploit qu’il a réalisé en 2009 et 2011, encore bien loin des 44 tentatives réussies de Bubka. Il n’y est pas arrivé mais s’en est approché lors de sa deuxième tentative. « Il m’a clairement manqué de la fraîcheur, explique-t-il. Je n’arrivais pas à accélérer sur les derniers mètres. »

« J’espère une perf’ de pointe »

Mais la barre des 6m pourrait ne pas tarder à tomber. « Avec un peu plus de répit et d’engagement, je pense que les 6m ne sont pas loin. Vu mes performances de ce soir (dimanche), j’espère les réaliser sous peu » annonce le champion olympique, champion du monde en salle, double champion d’Europe et quintuple champion de France… Quelle motivation peut-il donc encore trouver ? L’intéressé a toujours faim de titres, mais il recherche également une très grosse performance. Histoire de marquer encore plus les esprits.

« Je suis heureux d’être régulier, explique-t-il. La saison se déroule comme je le désire. Mais j’espère une perf’ de pointe. » En attendant, Renaud Lavillenie va se concentrer sur la défense de son titre européen, lors des championnats d’Europe de Göteborg, qui débutent dans deux semaines. « Le prochain objectif, c’est Göteborg. Je vais m’entrainer à fond pendant deux semaines pour y arriver. Je me méfie évidemment de la concurrence, des Allemands et des Grecs, notamment. » Une concurrence rude, sans doute. Mais franchement, vu la forme du champion Lavillenie, on ne s’en fait pas trop pour lui.

Emmanuel Bringuier avec Julien Teiller