RMC Sport

Lemaitre : « Important d’être le maître chez soi ! »

Christophe Lemaitre

Christophe Lemaitre - -

Après ses sacres nationaux sur 100m et 4x100m, Christophe Lemaitre a décroché un troisième titre sur 200m (20’’31), sa distance de prédilection, malgré la fatigue. Place désormais aux championnats d’Europe et aux JO.

Christophe, êtes-vous satisfait de votre course ?

Oui. J’aurais pu faire mieux mais je n’ai pas encore la « caisse » qu’il faut pour tenir la distance comme à Daegu (3e des championnats du monde, ndlr). Réaliser 20’’31 dans un championnat de France, en enchaînant les courses, c’est déjà bien. Un titre de champion de France est toujours important. C’est important d’être le maître chez soi (rires).

On vous a vu faire la grimace après votre demi-finale…

Je n’étais pas satisfait, c’est vrai. Je n’étais pas dedans. Je me suis un peu laissé aller dans la course. J’étais un peu énervé.

Est-ce de bon augure avant les championnats d’Europe d’Helsinki (27 juin-1er juillet) ?

Certaines choses commencent à se faire, mais nous sommes mi-juin et les France se sont déroulés plus tôt que d’habitude. Donc c’est pas mal. Aux Europe, il faudra être dans une meilleure forme. J’ai deux semaines pour bien me préparer. Avant les championnats de France, une petite blessure m’a obligé à alléger mon programme. Désormais, ça ira.

« Il faut faire des choix »

Le 200m est-il toujours votre distance de prédilection ?

C’est celle où j’ai le meilleur potentiel, même s’il me manque encore des choses : foncer pour tenir la distance et de la technique dans le virage.

Sur quelles distances doit-on vous attendre cet été ?

Je ne sais pas. Même après ce que je viens de faire, mon avis est encore mitigé. On verra ça plus tard. A Helsinki, pour les championnats d’Europe, je ne triplerai pas (100m, 200m et 4x100m). Normalement, je ne disputerai que le 100m et le 4x100m.

Vous allez donc laisser filer un titre ?

Ça me fait mal de le dire, mais oui, il le faut. L’important, ce sont les Jeux Olympiques. Il faut faire des choix. Les Europe se déroulent tous les deux ans, je me rattraperai la prochaine fois…

Le titre de l'encadré ici

Lavillenie était trop fort|||

Il n’y a pas eu de cataclysme dans le concours de saut à la perche des France, à Angers. Ultra-favori, Renaud Lavillenie a été logiquement sacré champion de France grâce à un saut à 5,85m. Il s’agit du deuxième sacre national du Clermontois après celui glané en 2010. Le champion d’Europe en titre s’est en revanche cassé les dents à 5,95m. Renaud Lavillenie a devancé Romain Mesnil (5,62m) et le jeune Alexandre Feger (5,55m). « Le concours a été très bien maîtrisé, jubile-t-il. J’ai passé une très bonne journée. Le travail paye. Ça ne veut pas dire que je vais gagner facilement aux Jeux Olympiques mais ça me met dans de bonnes dispositions et me conforte dans ma préparation. Faire des choses comme celles-là est assez exceptionnel. Je ne m’attendais pas à passer aussi régulièrement 5,80m. » Renaud Lavillenie a remporté sa 8e victoire consécutive.

Propos recueillis par François-Xavier de Châteaufort