RMC Sport

Göteborg - Nana Djimou remet ça

Le verdict vient de tomber, Nana Djimou savoure

Le verdict vient de tomber, Nana Djimou savoure - -

La Française Antoinette Nana Djimou a conservé son titre de championne d’Europe du pentathlon, ce vendredi, à Göteborg. En tête après la quatrième épreuve, elle a résisté à la Bélarusse Yana Maksimava sur 800m, pour s’imposer finalement avec huit petits points d’avance.

Avec 88 points de plus que Yana Maksimava avant le 800m, ultime épreuve de la compétition, Antoinette Nana Djimou ne devait pas perdre plus de six secondes sur sa rivale pour espérer conserver sa couronne européenne en salle, acquise à Bercy en 2011. Pas gagné, sur cette distance loin d’être son fort. Au bout des quatre tours de piste, le chrono tombe… Six secondes d’écart. Il faut sortir la calculette. La Française attend donc, dans l’incertitude totale, pour savoir de quel métal sera fait sa médaille.

Et le verdict arrive. Huit points d’écart (4666 points pour elle). Un souffle. Deux centièmes, précisément. L’équivalent de quelques centimètres sur la ligne de ce 800m, qui permettent à l’athlète de 27 ans de confirmer sa suprématie continentale. Nana Djimou peut exulter. Elle vient d’apporter à la France sa première médaille, en or, dans ce championnat d’Europe de Göteborg. « Je suis trop contente. Encore plus qu’à Bercy, même », confie-t-elle.

Objectif Moscou

Une préparation tronquée pour cause de blessure l’avait conduite en Suède sans la moindre certitude. Son triomphe n’en est que plus savoureux. « Je n’ai pas beaucoup travaillé. Je l’avais dit avant la compétition, je me considérais comme outsider. Quand mon entraîneur me chuchote le résultat, c’est un immense soulagement. C’est comme si je portais un fardeau et que j’en étais libérée d’un coup », poursuit-elle, toute à sa joie, entre deux éclats de rire.

Pourtant, si le plaisir est bien réel, la native de Douala (Cameroun) est loin d’être rassasiée. « Ce n’est pas vraiment le titre que je veux. Moi je veux l’estival, c’est plus important, même si toutes les médailles sont bonnes à prendre ». L’estival, c’est le titre mondial en heptathlon, qu’elle tentera de rafler à Moscou, en août. « J’ai progressé, je sens que je peux faire quelque chose cet été. Les Mondiaux, ça ne se passe pas souvent bien, mais là j’espère que ça va aller, et je vais tout mettre en œuvre pour que ce soit le cas ». Après avoir mis l’Europe à ses pieds - elle a également glané le titre européen dans la discipline à Helsinki l’an passé -, le monde lui tend les bras…

Alexis Toledano (avec F.X.C. à Göteborg)