RMC Sport

Lavillenie et Mekhissi sans trembler

Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie - -

Les deux leaders de l’équipe de France ont passé sans encombre le cut des séries et qualifications. Favoris de leur finale respective, Renaud Lavillenie et Mahiedine Mekhissi-Benabbad viseront donc le titre continental, ce dimanche, à la perche et sur 1500 m.

Ils étaient attendus au tournant. Et ils ont répondu présent, sans trembler ni faillir. Premier co-leader de l’équipe de France à entrer en lice sur les coups de 13h20, Mahiedine Mekhissi-Benabbad a remporté sa série du 1500 m, dans un temps de 3’43’’33. Le Rémois a géré de main de maitre sa course. Idem pour son compatriote Simon Denissel qui, lui aussi, s’est qualifié pour la finale de dimanche (18 h) en terminant 2e de sa série (3’42’’75).

« Vu que j’étais en troisième série, je ne savais ce qu’il se passait dans les séries une et deux, a expliqué le double vice-champion olympique du 3000m steeple, à l’issue de sa course. On était dans la chambre d’appel, il n’y avait pas de télé, on n’avait aucune information par rapport aux courses. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer en ce qui concerne les repêchés au temps. Mais pour ma course, mon but était de me qualifier sans laisser trop de force. J’étais un peu tendu parce que je n’ai pas l’habitude de faire des championnats sur 1500m. Je ne me suis pas trop mal débrouillé, je suis content de ma prestation d’aujourd’hui ».

Lavillenie : « Tous les feux sont au vert »

Dix minutes plus tard débutaient les qualifications de la perche. Et à ce petit jeu-là, Renaud Lavillenie, l’autre leader des Bleus, s’est amusé en effaçant dès le premier essai une barre à 5,60 m. Avant d’en enrouler une seconde à 5,70 m, à sa deuxième tentative. Bref, rien que du très classique et facile pour le champion olympique de la discipline, qui n’a même pas daigné retiré son collant. Un bon entraînement, en somme, avant la finale de dimanche où il tentera d’égaler son compatriote Thierry Vigneron, triple champion d’Europe en salle.

« J’ai eu de très bonnes sensations autant en course que dans le saut, a expliqué le Clermontois. Pour moi maintenant, les qualifications servent à prendre la température du sautoir. J’aurais pu ne pas sauter à 5,70m, mais comme à Londres j’avais vraiment envie de prendre la température. Parce que je me suis retrouvé avec une bonne perche presque souple à 5,70m, chose dont je ne me serais pas aperçu si je ne l’avais pas fait. Cela va vraiment me mettre dans le bain pour demain (finale à 16h33, ndlr). Tous les feux sont au vert. C’est toujours délicat à dire mais le plus dur est passé ».

GM avec FXdeC, à Göteborg