RMC Sport

Mondiaux d’athlé - Hurtis : "Vicaut peut surprendre"

-

- - AFP

Invitée de l’Intégrale Sport ce mercredi sur RMC, Muriel Hurtis a livré son avis sur les Mondiaux d’athlétisme qui débutent ce week-end à Pékin. La néo-retraitée estime que Jimmy Vicaut est capable de monter sur le podium derrière Usain Bolt et Justin Gatlin.

Muriel Hurtis, Jimmy Vicaut a couru en 9’’86 cette saison, ce qui est assez exceptionnel…

C’est une très bonne performance. Il a égalé le record d’Europe quand même. On avait envie d’avoir un sprinteur français capable de rivaliser avec les meilleurs mondiaux et on l’a. Il est le cinquième performeur mondial cette saison, même si Usain Bolt est derrière lui.

Peut-il espérer le podium à Pékin ?

Sur une finale, tout peut arriver. Un championnat du monde, ce n’est pas comme sur un meeting. Il y a quatre courses à enchaîner, donc une fois arrivé en finale, les compteurs sont remis à zéro. C’est à celui qui va le mieux tenir la pression, à celui qui va prendre le meilleur départ. Le 100m est une distance à suspense et explosive, il ne faut pas rater son départ. Je pense réellement que s’il fait un bon départ et qu’il gère bien la pression, il peut surprendre.

Pour Jimmy Vicaut, des Mondiaux réussis, c’est être en finale ou courir en 9’’86 ?

Je pense qu’il voudra descendre sous les dix secondes en finale. Même si c’est un championnat et que le chrono ne compte pas, lui a vraiment à cœur d’être régulier sous les dix secondes. S’il n’est pas en finale, ce sera un échec pour lui, une grosse déception. Mais sur cette finale, pour moi, il y en aura un sous les 9’’86, mais pas plus. Bolt et Gatlin sont au-dessus du lot mais derrière tout est ouvert pour moi.

Sur ce duel entre Bolt et Gatlin, sur qui misez-vous ?

Je joue Bolt parce que sur sa dernière sortie à Londres, même s’il ne fait « que » 9’’87, il les fait avec des conditions difficiles, avec du froid et du vent défavorable, le tout en n’allant pas jusqu’au bout. A Pékin, il fera chaud, il y aura une bonne piste. Je pense que son chrono descendra.

L’équipe de France est diminuée avec des forfaits majeurs (Lesueur, Diniz, Mekhissi, Tamgho...). Qui reste-il à part Renaud Lavillenie ?

Oui, c’est vrai que l’équipe de France est largement décimée. Nos prétendants aux médailles ne seront pas là. Il reste Renaud Lavillenie mais aussi Mélina Robert-Michon, Pascal Martinot-Lagarde, Garfield Darien et puis toujours une petite surprise de dernière minute.

L’autre actualité de l’athlétisme, ce sont les révélations des médias allemands et anglais sur le dopage. Entre 2001 et 2012, 800 athlètes sur les 5 000 testés présentaient des valeurs sanguines suspectes. Le Kenya et la Russie sont particulièrement visés. L’athlétisme est-il gangréné par le dopage ?

Le dopage a toujours existé dans l’athlétisme. Pas plus aujourd’hui qu’avant. Il y aura toujours des tricheurs et des gens qui auront des longueurs d’avance. C’est inquiétant de savoir qu’on détenait des informations et que celles-ci ont été mises de côté ou non-exploitées…