RMC Sport

Ils l’aiment « show »

-

- - -

Aligné sur 200m, Usain Bolt sera la principale attraction du meeting Areva, ce vendredi au Stade de France. Par ses performances autant que par sa personnalité extravertie, le « roi Usain » attire la lumière. Un charisme qui ne semble pas gêner ses collègues de la piste.

Ses records du monde stratosphériques sur 100m (9’’58) et 200m (19’’19) l’ont placé au sommet de la galaxie athlé. Un statut de superstar de son sport qu’Usain Bolt entretient à travers un caractère facétieux, parfois un brin provocateur. Par ses mimiques et ses postures, Bolt le showman a conquis le public et les médias. Et comme d’habitude, les 50 000 spectateurs du stade de France n’auront d’yeux que pour lui vendredi. Un tel rayonnement aurait de quoi agacer. « Tout le monde a son caractère, sa personnalité. Ça ne me choque pas plus que ça, déclare Christophe Lemaitre, qui l’affrontera ce vendredi lors du 200m prévu à 21h46. Si c’est son tempérament depuis toujours, ça prouve qu’il n’a pas changé malgré la célébrité. » Même son de cloche du côté du perchiste Renaud Lavillenie : « Il en profite, il a bien raison. Il faut se mettre à sa place. Quand vous avez plus de cent journalistes devant vous, si on se prend trop au sérieux, on pète un câble. Il prend ça très relax, il se fait plaisir. C’est sa façon d’être, on ne peut pas lui reprocher sa personnalité. »

Mekhissi : « Pas comme à la télé »

Docteur Jekill et Mister Hyde, Bolt, volontiers fêtard sous le feu des projecteurs, s’avoue casanier dès qu’il rejoint sa Jamaïque natale. Un décalage entre le personnage public et le Bolt privé, comme le confirme le Français Mahiédine Mekhissi. « Il fait le spectacle devant les medias, c'est bien pour la discipline, pour l'athlétisme, souligne le champion d’Europe du 3000 m steeple. Mais c'est marrant parce que quand tu le croises sur un stade et quand tu le croises dans l'hôtel, ce n'est pas le même personnage. Quand tu le vois à la télé, il n'est pas comme en vrai. » Pour le public dionysien vendredi, Bolt enfilera à n’en pas douter ses habits de lumières. Et personne ne s’en plaindra.