RMC Sport

Lavillenie repart à l’assaut des sommets

Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie - -

Renaud Lavillenie disputera dimanche la deuxième étape de la Diamond League, à Shanghai. Le recordman du monde de saut à la perche (6,16m) a fait le tour de son actualité. Morceaux choisis.

Sur son début de saison

Interrogé sur sa dernière performance, un saut à 30 centimètres de son record du monde (6,16m) pour sa rentrée en plein air, le Clermontois n’est pas inquiet : « On est quand même très tôt dans la saison, je ne suis pas une machine. 5m80 au mois de mai, c’est déjà très bien. Il faut juste se dire qu’il est impossible de faire 6m15 à toutes les sorties d’autant plus qu’en extérieur on est tributaire des conditions météorologiques. Quand il y a de la pluie, du vent, c’est loin d’être un avantage pour nous. Il ne faut pas dénigrer un saut à 5m80 parce que ça reste du très haut niveau international et c’est une performance qui nous permet de gagner une médaille à chaque échelon. »

Sur son record du monde

« Refranchir les 6m16, je ne sais pas. J’aimerais, forcément, je ne vais pas dire que je n’y donne aucun intérêt, confie le Clermontois d’adoption. Après l’objectif est plus en termes de régularité. Si je ne suis pas capable de sauter haut au bon moment, ce n’est pas intéressant. L’objectif est une régularité au plus haut. 5m90, 5m95, 6 mètres, parce qu’à partir de ce moment-là je suis à 5-10cm devant les adversaires et ça, c’est l’objectif. »

Sur sa volonté de gagner d'entrée

En lice pour la deuxième manche de la Diamond League dimanche, le Français vise d’entrée la gagne : « L’objectif principal, c’est de revenir de Shanghai avec une victoire pour commencer à prendre des points pour la Diamond League. Après, des performances, s’il y en a, ce serait de sauter aux alentours de 5m80, si les conditions le permettent. Après, c’est toujours le problème. On verra comment ça se présente et on attend. »

Sur l'importance de la Diamond League

Lavillenie est aussi revenu sur l’importance que revêt la Diamond League cette saison, dans un calendrier dépourvu de JO ou de Mondiaux. « La Diamond League est très importante parce que c’est une compétition qui fait partie d’un circuit qui nous permet de se comparer sur la durée donc il faut être présent tout le temps, on n’a pas le droit d’être bon qu’une fois. Pour moi, c’est un symbole très fort. On est avec les meilleurs du monde dans les plus grands stades donc on est assez proche des conditions d’un grand championnat. C’est important dans le cadre de la préparation. »

A lire aussi : - Lavillenie : « Une nette différence par rapport à l’année dernière »

La rédaction