RMC Sport

El Fassi, l’hécatombe continue

Nadir El Fassi

Nadir El Fassi - -

Touché aux ischio-jambiers, Nadir El Fassi est contraint de déclarer forfait pour les Jeux Olympiques de Londres. Le vice-champion d’Europe d’heptathlon s’ajoute à une liste de forfaits déjà bien remplie.

L’hécatombe continue pour l’équipe de France d’athlétisme… Après les forfaits de Romain Barras, champion d'Europe de décathlon, Teddy Tamgho, recordman du triple saut en salle, et Bob Tahri, recordman d'Europe du 3000m steeple, c’est au tour de Nadir El Fassi d’annoncer son retrait pour les Jeux Olympiques de Londres. Le vice-champion d’Europe d’heptathlon en salle souffre des ischio-jambiers et doit observer une période de 3 semaines de repos minimum.

« Je vais essayer de prendre ça avec philosophie, confie le décathlonien, via un communiqué. Je vais me fixer comme objectif de faire au moins un décathlon cette année, mais psychologiquement, ce n'est pas évident ». Un coup dur pour Nadir El Fassi qui voit une nouvelle fois s’échapper les Jeux Olympiques. En 2008, le Catalan s’était vu refuser les Jeux de Pékin pour avoir décroché les minima pour un vent trop favorable. Après avoir perdu son leader, Romain Barras, le décathlon tricolore voit une nouvelle chance de médaille olympique s’échapper.

Yalouz : « Je redoute la blessure »

« Je redoute la blessure, s’inquiètait Ghani Yalouz, DTN de l’athlétisme français, la semaine dernière avant le début des championnats de France, à Angers. Je me lève le matin et on m’annonce que Bob (Tahri) a des petits soucis, que Medhi (Baala) s’est fait mal. Ça ne reste que du sport. On essaie de faire de la prévention pour anticiper mais on n’est pas des magiciens ». L’athlétisme français amoindri qui pourrait, malheureusement, voir la liste s’agrandir.

Mehdi Baala (rupture de l’aponévrose de la voûte plantaire), Benjamin Compaoré (déchirure du quadriceps gauche) et Véronique Mang (décollement de l’aponévrose de l’ischio droit) pourraient faire une croix définitive sur leur campagne olympique. « Je crois qu’il faut rester positif. Il ne faut pas noircir le tableau sinon on ne fait plus rien, relativise Yalouz. On est parti à Daegu avec une équipe qui nous a agréablement surpris ». A un mois pratiquement du lancement des JO de Londres, l’athlétisme français entre dans une course contre le temps. Des minima à aller chercher et des blessures à effacer…

Alexandre Mispelon