RMC Sport

Galfione prend les « Rennes » du Fit Challenge ASSU 2000

Jean Galfione

Jean Galfione - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

C’est ce week-end que débute le Fit Challenge ASSU 2000 qui verra 9 anciens champions diriger des entraînements de running-fitness ouverts à tous. Parmi eux : Jean Galfione, champion olympique de la perche 1996, qui sera sur le pont en Bretagne.

Ce dimanche, le premier étage de la fusée « Fit Challenge ASSU 2000 » va être lancé du côté de Rennes, Nantes et Toulouse. En attendant les deux week-ends suivants à l’issue desquels ce programme de sport-santé gratuit et ouvert à tous (inscriptions sur http://fitchallengeassu2000.com/) aura officiellement été inauguré partout en France.

Parmi les trois coaches réquisitionnés ce week-end pour essuyer les plâtres et diriger une séance d’entraînement pas comme les autres, figure Jean Galfione, champion olympique de la perche en 1996 et premier Français à avoir enroulé la barre mythique des 6 mètres. Aujourd’hui marin professionnel, l’ex-beau gosse de l’athlète tricolore se réjouit d’être partie prenante de l’aventure « Fit Challenge ASSU 2000 » qui verra 9 champions made in France (Diagana, Arron, Asloum, Baala, Tahri, Djhone, Raquil, Hurtis et donc Galfione) animer une fois par mois (jusqu’à fin septembre-début octobre) une session d’entraînement axée sur le bien-être, le running et le fitness.

« Pour la bonne et saine cause. »

« Le premier truc qui m’a séduit, explique-t-il, c’est la responsabilité qu’on va avoir à faire passer un message. Ce n’est pas moi qui le dis, il y a des chiffres et des études qui prouvent que le sport diminue le risque de maladies et permet de mieux vivre, tout simplement. Mais on ne sera pas là pour faire la morale les gens. Le Fit Challenge est une première réponse aux questions que se pose le grand public. Ca correspond aux attentes de beaucoup de gens qui veulent se bouger, mais qui ne savent pas forcément comment faire et qui n’ont pas envie de faire de la muscu ou d’entrer dans un club de sport. »

S’il n’envisage pas dans l’immédiat de devenir coach (« Mais ce n’est pas impossible », précise-t-il), Jean Galfione prend son rôle très au sérieux. « On aime le sport, l’activité physique, c’est clair. On fait encore tous du sport parce qu’on aime ça. C’est notre drogue, on en a besoin, physiquement comme psychologiquement. Le sport, c’est chouette, ce n’est pas qu’un truc de bourrins. Si ça on peut le transmettre, ce sera déjà bien. C’est pour la bonne et saine cause. »

200 participants maximum par session

Reste une inconnue : l’affluence qu’il y aura lors de cette première séance, qu’il dirigera au stade Robert Launay de Rennes. « Je pense que le fait de se retrouver entre anciens va provoquer une certaine curiosité. Comme le feu médiatique s’est un peu éteint, le rapport, le regard et le contact avec les gens sera différent. Ils viendront pour discuter, échanger, pas forcément pour récupérer un autographe. Il faudra que ça existe une fois pour qu’ensuite, ça marche bien. » Les sessions ont tout de même d’ores et déjà été plafonnées à 200 participants.

GM