RMC Sport

Le contre-la-montre de Gezzar

Nour-Eddine Gezzar

Nour-Eddine Gezzar - -

Suspendu après avoir été contrôlé positif à l’EPO, Nour-Eddine Gezzar a porté l’affaire devant le TAS. L’affaire est examinée à Londres aujourd’hui à 17h. Verdict attendu dans la soirée, quelques heures avant les séries du 3000m steeple…

Les événements s’accélèrent pour Nour-Eddine Gezzar. Un peu plus de 10 jours après sa suspension provisoire prononcée par la Fédération française d’athlétisme, l’athlète de Clermont-Ferrand tente le tout pour le tout. Contrôlé positif à le 17 juin à l’EPO à l’issue du 3000m steeple des Championnats de France, Gezzar (32 ans) veut quand même arracher son billet pour Londres, et refuse de se voir imposer le calendrier de la FFA qui ne se réunira que le 28 août pour étudier son cas.

L’athlète attaque le retrait de son accréditation aux JO, signifié par courrier par le CNOSF le 30 juillet. L’avocat de Gezzar, Me Romain Graeffly conteste « des incohérences graves dans le contrôle du 17 juin ». En clair, une différence de 10ml entre le volume d’urine prélevé et le volume inscrit dans le procès-verbal. L’entourage du sportif met également en cause « des échantillons non scellés devant l’athlète ». Un recours a par ailleurs été déposé en référé auprès du tribunal administratif de Clermont pour casser la mesure suspensive de la FFA.

Gezzar prêt à prendre l’avion vendredi matin

L’affaire devient rocambolesque parce qu’il ne reste que quelques heures avant le départ des séries du 3000m steeple, ce vendredi (14h). L’agent de Gezzar, Jean-Philippe Soubeyre, n’a pas réussi à trouver un Eurostar pour gagner Londres à temps pour l’audience. « Je serai en liaison téléphonique. » La FFA et le CNOSF seront également représentés.

L’appel peut-il aboutir ? « Une simple erreur formelle de retranscription ne suffirait probablement pas, mais il est important de pouvoir déterminer si des failles dans la chaine de garde peuvent altérer les échantillons », nous expliquait déjà Matthieu Reeb, secrétaire général du TAS, il y a deux jours alors que l’appel n’avait pas encore été déposé. Réponse attendue dans la soirée. Une chose est sûre : Gezzar, basé à Clermont, se tient prêt à prendre l’avion pour rejoindre Londres vendredi matin.

Le titre de l'encadré ici

|||

Berrou veut aussi aller à Londres

Le pentathlète français a également saisi le Tribunal arbitral du sport dans l’espoir de pouvoir s’aligner le 11 août sur l’épreuve de pentathlon olympique. Jean-Maxence Berrou et la Fédération française (FFPM) contestent la non sélection de l’athlète par la Fédération internationale (UIPM), qui lui a préféré l’Irlandais Lanigan-O’Keefe après la défection du Polonais Klekot. L’UIPM a privilégié les classements par continents et non mondiaux, ce que conteste les Français, sachant que l’Irlandais est moins bien classé que Berrou. L’affaire est examinée vendredi, et le TAS rendra sa décision dans la soirée.    

Louis Chenaille à Londres