RMC Sport

Le cross du Figaro poursuit son lifting

-

- - -

Il y a un an, le cross du Figaro renaissait de ses cendres. Ce dimanche 18 mai, l’épreuve mythique poursuit sa cure de jouvence en se positionnant au printemps et en se tournant résolument vers l’avenir.

En repositionnant dans le calendrier le cross du Figaro nouvelle génération de septembre à ce dimanche 18 mai, les organisateurs d’Hugo & Cie n’ont pas manqué de flair. Non seulement, l’affluence sera supérieure à celle de la saison passée, dans une période de l’année embouteillée par Paris-Versailles, la Parisienne et autres 20km de Paris. Mais surtout, ils ont tiré le gros lot ! Une semaine après le temps pourri qui s’est notamment abattu sur le Mud Day, le cross du Figaro va jouir de conditions météo optimales, avec soleil et chaleur annoncés au-dessus du Parc de Saint-Cloud. Un gage de réussite même si l’épreuve n’affiche pas encore complet.

« On attend entre 7000 et 8000 participants pour cette deuxième édition du renouveau, souligne Jean-François Alcan, le directeur de course. C’est un peu plus que l’an passé mais on est un peu déçus par le nombre de coureurs. Peut-être que le mot cross fait peur, le mauvais temps de ces derniers temps joue peut-être aussi... Mais les inscriptions sont ouvertes jusqu’au jour-même de la course. »

Convivialité et esprit familial

En attendant, le cross du Figaro semble reparti de plus belle. Course mythique créée en 1961 et interrompue en 2000, cette épreuve a retrouvé grâce à l’esprit d’initiative d’Hugo & Cie une seconde jeunesse, dans une version moderne, plus familiale et conviviale. « On vient courir avec sa femme et ses enfants, explique Alcan. Les gens viennent en famille. On est partis sur du grand public. Il n’y a pas de cross élite avec des gens qu’on paie. Sinon, on se remettrait au mois de décembre, dans la boue et le froid. Mais ce n’est ni la volonté des organisateurs, ni celle du Figaro. On a choisi un autre « sujet ». Ce n’est pas vraiment un cross finalement : le cross dans la boue, avec des pointes, c’est un peu passé de mode. C’est le cross du Figaro moderne. »

Résolument tourné vers l’avenir, le cross du Figaro 2014 sera différent de celui de l’an passé. « Le parcours dans le Parc de Saint-Cloud est différent puisqu’on va tourner dans l’autre sens par rapport à l’an dernier, détaille Alcan. On conserve des passages sur la route, ainsi qu’un grand passage en forêt sur plus de 4 km. On a diminué la course femmes d’un kilomètre (6km au lieu de 7) pour essayer d’attirer plus de monde. On a aussi un village d’animation très important avec un espace Areva pour des jeux d’athlétisme. Le tout en présence de notre parrain Jean-Pierre Papin. » Histoire de ne pas rater sa cible et d'aller droit au but.

GM avec AB