RMC Sport

Le TOP 10 des courses décalées en France

A l'image du Mud Day qui aura lieu ce week-end à Paris, les courses thématiques sont de plus en plus retournantes.

A l'image du Mud Day qui aura lieu ce week-end à Paris, les courses thématiques sont de plus en plus retournantes. - DR

A compter de ce vendredi, Paris accueille la 3e édition du Mud Day. Une épreuve déjantée et atypique qui s’inscrit  dans la désormais longue liste des épreuves fun ou ludiques qui ont vu le jour ces dernières années en France. Souvent d’inspiration anglo-saxonne, ces courses thématiques rencontrent de plus en plus de succès. Tour d’horizon.

La Frappadingue : à jamais la première

Quoi qu’on en dise, la première des courses à obstacles en France, c’est elle. C’est à l’initiative d’une bande d’amis, en 2010, que la Frappadingue Opale X’trem a vu le jour, à Montreuil-sur-Mer. Le principe est immuable, mais toujours aussi attractif : obstacles naturels et artificiels dans une ambiance bon enfant l’espace de 12 km, les déguisements en plus. Lors de sa première édition, la « doyenne » avait réuni 2500 participants qui allaient lancer la mode. Pour l’édition 2015, qui aura lieu le 13 septembre prochain, les inscriptions ont été ouvertes le 21 novembre… et closes le jour-même en raison du succès rencontré, avec 6000 inscrits pour autant de places disponibles.

Mais il y en aura pour tout le monde. Prochains rendez-vous à Vaulx-en-Velin près de Lyon (24 mai), au Quesnoy à côté de Valenciennes (14 juin), à Courchevel (23 août), Moutiers-les-Mauxfaits en Vendée (4 octobre), Verneuil-sur-Seine (18 octobre) et Carcassonne (8 novembre).

-
- © DR

Boueux comme le Mud Day

Indéniablement, c’est l’un des événements incontournables de l’année en France. Il trouve même un écho en Espagne, où Madrid l’accueillera le 23 mai prochain. Comme son nom l’indique (« Jour de boue »), vous ne sortirez pas indemne du Mud Day sans avoir trempé dans la fange durant les 13 km de parcours. Et plutôt deux fois qu’une ! Une troisième édition encore basée sur les entrainements du GIGN et organisée sur le site militaire de Beynes (78), mais là où les participants n’oublient pas de prendre du plaisir, l’absence de chrono favorisant le fun. Sur sa tournée 2015 de neuf villes, le Mud Day devrait accueillir 80 000 Mud Guys (!), prêts à franchir les obstacles seuls ou en équipe.

Après le Mud Day Pays d’Aix il y a un mois, les Parisiens pourront patauger dans la boue dès ce vendredi et tout le week-end. Coëtquidan (6 juin), Nice (20 juin), Amnéville (4, 5 juillet), Lyon (5, 6 septembre), Cabourg (19 septembre) et le parc de loisirs Cap’Découverte (17 octobre) suivront.

-
- © DR

La Spartan Race : made in Marines

La Spartan Race fera ressortir votre côté gladiateur. Créée il y a cinq ans outre-Atlantique par des Marines pour faire partager l’expérience de leur quotidien, la mission a été accomplie. De l’aveu des participants, c’est un des parcours les plus difficiles parmi les courses à obstacles. Ici, il s’agit de se surpasser… mais toujours dans la bonne humeur même si la course est peut-être plus axée sur la performance que ses concurrentes, avec trois types de Spartan Race selon le niveau : Spartan Sprint (5 km, 15 obstacles), Spartan Super (13 km, 20 obstacles), Spartan Beast (20 km, 25 obstacles). Réalisez ces trois distances en un an, et vous remporterez la médaille Trifecta !

Une Spartan Sprint aura lieu à Paris (19 septembre), alors qu’une autre se disputera au Castellet (17 octobre) combinée, le même jour, à une Spartan Beast. Trois Spartan Super se dérouleront dans ces deux villes, les 19 et 20 septembre à Paris, et le 18 octobre au Castellet. En attendant une date à Bordeaux qui reste à déterminer. 

-
- © DR

L’Urban Mud Race : celle dont on ne peut pas (encore) parler

On aurait voulu y participer, ou à défaut y assister. Malheureusement, on ne pourra faire ni l’un ni l’autre. Alors que l’armée de Terre s’apprêtait à proposer sa première course à obstacles les 13 et 14 juin prochains à Vincennes, celle-ci a dû être reportée en raison de l’important plan Vigipirate que connaît la France et qui mobilise de nombreux éléments. Il ne s’agit donc pas d’une annulation, puisque l’institution nous donne rendez-vous cet automne pour plus d’informations sur la tenue de l’Urban Mud Race, événement inédit. Si on ne doute pas de la difficulté des 11 km du parcours, on se demande si cette course saura mettre en place l’esprit festif et convivial qu’elle promet. A suivre…

-
- © DR

La D-Day Race : celle qui débarque en force

On reste dans le domaine militaire, mais on recule de quelques décennies. Organisée par Hugo Events, la D-Day Race, née le 28 mars dernier, est une référence directe au Débarquement. Les mythiques plages normandes servent effectivement de décor naturel aux 6000 participants de cette course. Avant la grande première, Jean-François Alcan, directeur de l’épreuve, promettait « un cocktail entre défi physique et amusement ». Force est de constater que la promesse a été tenue au long des 15 km émaillés de 40 obstacles. Mises à part les conditions climatiques compliquées, tout était réuni pour faire de cette course un succès. On souhaite forcément son retour l’année prochaine.

-
- © DR

Strongmanrun : la plus européenne

Elle aussi a été lancée en France en 2010. A vrai dire, c’est même la plus européenne des courses à obstacles car elle se décline au Benelux, en Italie, en Autriche et en Allemagne. L’année dernière, plus de 50 000 coureurs y ont participé sur le continent, réunissant plus de 80 nationalités différentes. A signaler que si le chrono n’est pas la priorité, vous devez terminer le parcours d’environ 18 km en quatre heures pour être classé. Pour ce faire vous affronterez l’eau glacée, vous escaladerez, et devrez être habile sur tout type de terrain.

L’organisation se targue de proposer « la course d’obstacles la plus balaise de tous les temps ». Vous êtes sceptique ? Allez directement vous faire une idée plus précise de la chose, le 13 septembre prochain, à Mantes-la-Jolie.

-
- © DR

SoMAD : la plus ludique et familiale

La SoMAD est peut-être l’une des courses à obstacles les moins exigeantes physiquement. Mais ce n’est pas celle où on s’amuse le moins, loin s’en faut. Prenez un parc pour enfants, agrandissez-le, et vous obtiendrez la SoMAD. Plaisir, amusement et convivialité sont les maîtres mots de cette course de 5 ou 12 km, que l’on pourrait comparer à une récréation améliorée. Un terrain plat à Vincennes avec des obstacles artificiels (labyrinthes, filets, toboggans…), un environnement plus sauvage à Torcy (19, 20 septembre) pour profiter d’une des plus belles bases de loisirs d’Ile de France. C’est l’équilibre trouvé par la SoMAD qui, pour sa troisième édition, se délocalise en province : Bombannes (30, 31 mai), et Madine (20, 21 juin). Le plus de cette année, des SoMAD kids en marge, qui permettront aux parents de venir avec leurs petits, comme le souhaite Emmanuel Vignaud, directeur de l’événement. 

-
- © DR

Runtonic : la plus Top 50

Courir un 10 km durant lequel, au fur et à mesure du parcours, on redécouvrirait la musique des années 80, 90 et 2000. C’est ce que propose le Runtonic, qui arrive pour la première fois dans l’Hexagone. Le 28 juin prochain, dès 10h, Paris accueillera donc cette course détonante pour réunir toutes celles et ceux pour qui la course est indissociable du beat. Et vous pouvez même participer à la playlist sur parisruntonic.com ! Jusqu’au 3e kilomètre environ, le son de la ville rythmera vos foulées. Mais après ça, les grands classiques des 80’s résonneront dans vos oreilles, avant de céder la place aux « tueries » des 90’s vers le 5e kilomètre. Celles-ci siffleront jusqu’au 8e kilomètre à peu près, moment à partir duquel les années 2000 nous rappelleront leurs succès musicaux, et ce jusqu’au finish. Un finish seulement de nom puisque ce sera l’occasion de la Finisher Street Food party… Encore l’occasion de profiter du bon son.

-
- © DR

Les courses arc-en-ciel : une palette de couleurs et de choix

Elles se suivent et se ressemblent, s’inspirant de « la fête des couleurs » hindouiste (ou « Holi »), qui a lieu vers l’équinoxe de printemps. Elles, ce sont les courses colorées qui sont très populaires cette année, et qui se tiennent la plupart du temps sur 5 km. A chaque kilomètre, les participants reçoivent de la poudre colorée (naturelle) sur eux pour franchir la ligne d’arrivée pareils à des arlequins. L’offre est grande, ce qui permet à chacun de goûter au moins une fois à ce déferlement de pigments.

The Color Run fera ainsi escale à Nancy (31 mai) et Marseille (4 octobre), alors que la Color Me Rad s’arrêtera à Rennes (16 mai), Villeneuve d’Ascq (30 mai) ou encore Lorient (13 juin). La Holi Run sera elle présente à Lens (14 mai), Rouen (5 juin) puis Villeneuve-Loubet (10 juillet). Quant au concept de la Run & Dance, dont la première édition aura lieu le 16 mai dans le cadre des « courses de Strasbourg », il se caractérisera par une boucle d’un kilomètre ouverte 40 minutes. A chaque passage, les participants seront aspergés de la fameuse poudre colorée.

The Color Run 2015 à Paris dans l'effusion totale.
The Color Run 2015 à Paris dans l'effusion totale. © DR

ElectroDash : mi-runner, mi-clubber

Est-ce possible de faire une course plus hybride que celle-ci ? Difficilement. L’ElectroDash, c’est les avantages d’une boîte de nuit (jeux d’ombres et lumières, rencontres, musique) sans les inconvénients (« pots de colle » éméchés, cigarettes…). Le tout, sur une piste de course l’espace de 5 km festifs et bonne ambiance. Un sacré programme qu’il faut voir pour y croire. Les Marseillais ont en eu l’occasion le 18 avril dernier. C’était une première en France, préambule à Toulouse, Nantes, Lyon, Strasbourg et Rennes. Bordeaux, Montpellier et Nice attendent encore leurs dates. Mais pour goûter à cette ambiance survoltée il y a également l’Electric Run, concept identique venant lui aussi des Etats-Unis, qui arrive très bientôt. Initialement prévu le 23 mai prochain, cet événement a été reporté ultérieurement. Histoire de mieux roder son organisation ? Réponse dans les prochains mois.

Le 18 avril dernier, Marseille a ouvert le bal de l'ElectroDash en France.
Le 18 avril dernier, Marseille a ouvert le bal de l'ElectroDash en France. © DR
Aymeric Malonga