RMC Sport

Lemaitre en a encore sous le pied

Christophe Lemaitre

Christophe Lemaitre - -

En améliorant son propre record de France (9’97) ce week-end à Rieti, le sprinteur français a marqué les esprits. Pour Stéphane Caristan, la petite bombe française peut encore aller plus vite.

Passer sous les 10 secondes n’est pas encore devenu une formalité pour Christophe Lemaitre. Mais presque. Ce week-end, le sprinteur français y est parvenu à deux reprises sur la piste rapide de Rieti, en Italie. Malgré la fatigue accumulée cette saison, le Savoyard s’est offert un nouveau record de France (9’97). De quoi aiguiser son appétit.

Mais pour voir chuter le chrono, il doit progresser dans plusieurs domaines. Hors des pistes, déjà. Depuis ses trois médailles d’or aux Championnats d’Europe de Barcelone (100m, 200m, 4x100m), Lemaitre, 20 ans, croule sous les sollicitations. « C’est quelque chose qu’il découvre, glisse Stéphane Caristan, l’ancien entraîneur national. C’est un peu déstabilisant et usant. Il n’y était pas forcément préparé. Il va falloir qu’il s’y habitue. Pour cela, il lui faut une structure qui lui permette de se concentrer uniquement sur ses performances. »

Une fois ses problèmes extrasportifs résolus, le grand blond pourra se pencher sur des détails plus techniques. « Il doit être plus exigeant sur sa mise en action, analyse Caristan. A la fin de la phase de poussée, il faut qu’il arrive à garder une certaine fréquence gestuelle. Il doit ensuite tenir cette fréquence jusqu’au bout de sa course. Pour ne pas avoir besoin d’allonger sur la fin de parcours comme il le fait actuellement. Car ça lui coute de précieux centièmes.» 

« Il pourrait descendre à 9’80 »

Pour y parvenir, le prodige d’Annecy doit s’étoffer physiquement. « C’est vrai que quand on le compare avec les autres grands sprinteurs, il est plutôt chétif, reconnait l’ancien champion d’Europe du 110m haies. Maintenant, Usain Bolt a réussi à se forger un corps avec le temps. Christophe peut le faire aussi. »

Pour franchir un pallier, le natif d’Annecy doit également se mesurer plus régulièrement au gratin mondial. « La confrontation, c’est ce qu’il y a de mieux pour progresser, atteste Caristan. D’autant que Christophe est un garçon obsédé par la victoire. Ça ne peut que le tirer vers le haut. » A Rieti, il a terminé quatrième de la finale malgré son record personnel. Tout sauf un hasard.

Reste à savoir jusqu’où peut aller le phénomène ? « Il est capable de courir en moins de 9’90 d’ici deux ans, assure l’ancien entraîneur national. Ça peut lui permettre de bien figurer en finale des JO de Londres. Après tous les espoirs sont permis. Sa formidable envie de gagner pourrait même le faire descendre à 9’80. Voire mieux… »

Alexandre Jaquin