RMC Sport

Marathon de Paris : toujours plus fou !

-

- - -

Dimanche matin, 50 000 coureurs attendront le coup de pistolet qui marquera le début de la 37e édition du marathon de Paris. Un évènement qui suscite plus que jamais l’engouement populaire.

Ils sont de plus en plus à demander le brassard qui leur collera à la peau pendant les 42,195 kilomètres du marathon de Paris. Au cours des années, le nombre d’inscriptions ne cesse d’augmenter. Un phénomène qui, selon Joël Lainé, le directeur de l’épreuve, grandit avec la popularité du running. « Nous avons augmenté la jauge en nombre de coureurs pour répondre à la demande des participants », explique-t-il. En France, parmi les 6 millions de personnes pratiquant le running, 1,2 million participent à des compétitions. « Cette année, nous avons ouvert les inscriptions à la mi-octobre et à la fin du mois de décembre, nous avions vendu les 50 000 », confie Joël Lainé.

L’organisation de la matinée de dimanche a, elle aussi, des airs de marathon. 3 000 bénévoles, 7 postes pour les 500 personnes dédiées aux secours, 9 stands de ravitaillement, 9 postes de chronométrage, 7 postes d’épongement… Pour tenir les 4h10 d’une performance moyenne, Paris semble avoir également enfilé son dossard. Et le marathon, diffusé dimanche dans 187 pays, court déjà dans tous les esprits. « Mon objectif est d’améliorer mon temps », confie l’une des coureuses, qui fera partie des 21% de femmes qui prendront le départ dimanche, contre 79% d’hommes.

30% d’étrangers

Certains fêteront dimanche leur énième marathon, d’autres viendront mesurer leurs capacités pour la première fois. Loisir, plaisir ou challenge personnel, le marathon de Paris a des airs de compétition bon enfant. Le but premier des participants, dont 30% sont étrangers, est rarement de franchir la ligne d’arrivée le premier, mais de progresser. Pour beaucoup, cette matinée parisienne représente également l’aboutissement de plusieurs mois – voire années – d’entraînement. Pour tous, la même émotion, la même excitation. La même impatience à l’idée qu’enfin ce coup de pistolet les propulse dans leur course contre eux-mêmes.

A lire aussi :

- Toute l'actu du running

- Malaty : « Montrer que ce n’était pas un coup de chance »

- Paris, le marathon de tous les records

Mathilde Effosse avec Camille Gelpi