RMC Sport

Pourquoi Pistorius ne va peut-être pas sortir de prison tout de suite

Oscar Pistorius

Oscar Pistorius - AFP

Alors que la libération en liberté surveillée d’Oscar Pistorius devait avoir lieu ce vendredi, le ministère de la Justice sud-africain a suspendu le processus afin que les services de libération conditionnelle réexaminent la validité de cette décision. Explications.

Sa sortie prématurée devait avoir lieu ce vendredi. Mais le gouvernement a décidé de réexaminer son cas. Condamné en octobre 2014 à cinq ans de prison pour l’homicide involontaire de sa compagne Reeva Steenkamp, Oscar Pistorius avait profité de son « bon comportement » pour obtenir le 5 juin dernier une autorisation de sortie en liberté surveillée le 21 août. Une décision qui avait provoqué la polémique, notamment auprès de la famille de la défunte.

Ce mercredi, le ministère de la Justice sud-africain a estimé que cette décision avait été rendue « prématurément » et qu’elle était « suspendue jusqu’à ce que les services de libération conditionnelle statuent sur la question ». La date de la nouvelle délibération n’a pas été précisée mais les services de libération conditionnelle disposent de 14 jours pour réexaminer leur décision. Entretemps, Pistorius devrait rester en prison. Selon le communiqué du ministère, la décision rendue en juin viole le code pénal sud-africain dans lequel un prisonnier peut demander une liberté surveillé après avoir effectué « un sixième de sa peine ». Ce qui n’était pas le cas pour Pistorius en juin dernier (il en était à sept mois alors qu’un sixième de sa peine en représente dix).

Procès en appel en novembre

« Nous acceptons la décision du ministère et nous allons voir quelles sont nos options », a réagi Anneliese Burgess, porte-parole de la famille Pistorius. Le double amputé devenu un temps icône du handisport mondial pourrait tout de même être libéré dès vendredi si la nouvelle délibération a lieu avant. Il purgerait alors le reste de sa peine dans une maison attenante à celle de son oncle Arnold, dans un quartier huppé de Pretoria où il a vécu entre le drame et son incarcération. Quoi qu’il arrive, Oscar n’en aura pas fini avec la justice. Alors que le parquet a fait appel du jugement, le procès en appel se tiendra en novembre et Pistorius pourrait être condamné à une plus lourde perte si sa condamnation passe d’un « homicide involontaire » à un « meurtre ».