RMC Sport

Audi contre le reste du monde

-

- - -

Depuis le retrait en janvier des 24h du Mans de son principal rival Peugeot, la victoire semble promise à Audi qui devrait truster les quatre premières places. Et ce n’est pas la concurrence de Toyota qui semble pouvoir modifier la donne.

C’est l’histoire d’une volte-face qui a surpris tout le monde, pilotes compris. Courant janvier, Peugeot Sport annonce l’arrêt de son programme d’endurance. Une onde de choc dans un milieu ou la marque au lion restait la référence avec Audi. « Le Mans perd un peu de son intérêt et la perte de Peugeot a fait du mal aux 24h, souffle Stéphane Sarrazin, ancien pilote du constructeur français qui a trouvé refuge chez Toyota. Mais l’arrivée de Toyota est une très bonne chose pour le sport. »

Nouveau venu dans le monde l’endurance, la marque japonaise s’impose comme le principal rival du constructeur allemand, avec seulement 5 petits mois d’existence. Une opposition trop légère pour contrer le vainqueur de 10 des 12 dernières éditions. « Je ne vois pas Toyota en mesure d’aller les chercher, analyse Sébastien Bourdais qui sera au volant d’une Dome Pescarolo. Il n’y aura pas de grosses surprises même s’il peut se passer plein de chose. Audi a beaucoup trop d’expérience. »

Buemi : « Audi a un vrai concurrent avec nous »

Avec 4 voitures sur l’asphalte sarthois, Audi présente surtout deux fois plus de chances de gagner que Toyota et ses 2 monoplaces. Et même si l’hybride de Sarrazin, Buemi et Davidson a étalé ses bonnes performances lors des essais qualificatifs en s’intercalant à la 3e place, leur niveau parait bien trop juste pour rivaliser durant 24 heures. « On est conscient de la force des Audi, lâche le pilote Toyota, Sébastien Buemi, troisième pilote de F1 chez Red Bull cette saison. Mais on est proche d’eux et on espère pouvoir les pousser à la faute. Je pense qu’ils ont un vrai concurrent avec nous. Et même si on n’est pas aussi performant que Peugeot, on est là. »

Avec seulement une petite seconde de retard sur la pole position, Toyota a fait mieux que résister à l’ogre d'Ingolstadt pendant deux heures. « On est étonné de les voir aussi près. Dès la première année, réussir à terminer à une seconde seulement du monstre Audi, c’est remarquable, confie le vainqueur des 24h du Mans de l’an passé avec la firme allemande. Après, on peut seulement mesurer les différences réelles de performance sur une longue course. » Il ne reste plus qu’à Toyota de prendre l’expérience nécessaire pour venir chatouiller Audi dès la saison prochaine.