RMC Sport

F1 : Quel avenir pour les pilotes français ?

Romain Grosjean

Romain Grosjean - -

Alors que la deuxième partie du Championnat du monde de F1 débute ce week-end à Spa, les dirigeants, en plein mercato, se projettent d’ores et déjà vers 2014. Bouleversements en perspective, notamment dans les rangs tricolores.

Vergne maintenu chez Toro Rosso ?

Quel pilote héritera du baquet Red Bull de Mark Webber, qui mettra un terme à sa carrière au terme de la saison ? Une question qui agite le paddock et dont la réponse, qui ne devrait pas être connue ce week-end à Spa, pourrait initier un petit jeu de chaises musicales. Si la place pourrait, comme il se murmure avec de plus en plus d’inistance, échoir à Daniel Ricciardo, pilote de l’écurie Toro Rosso, petite sœur de Red Bull, cela ne doit pas nécessairement frustrer Jean-Eric Vergne, copilote de Ricciardo chez Toro Rosso. Effectivement, si le pilote français, actuellement 13e au classement des pilotes, pouvait ambitionner une telle promotion, un départ du pilote australien serait surtout synonyme de place protégée au sein de Toro Rosso. D’autant que Red Bull a dans l’idée de promouvoir un nouveau talent, en la personne d’Antonio Felix Da Costa, qui devrait très probablement rallier Toro Rosso.

Grosjean futur leader chez Lotus Renault ?

Pour simplifier l’équation, un autre pilote est toutefois également pressenti pour succéder à Webber chez les triples champions du monde, Kimi Raikkonen. Si l’agent du pilote finlandais de 33 ans a affirmé que les discussions avaient cessé entre les différentes parties, un retournement de situation n’est toutefois pas à exclure. Un revirement qui arrangerait les affaires de Romain Grosjean. Sous surveillance après une saison 2012 délicate, le pilote français, actuellement 8e au classement des pilotes, pourrait profiter d'un départ de son coéquipier vers d’autres cieux. Un exil qui sécuriserait sa place et pourrait l’installer comme leader, notamment dans le cas d’une arrivée d’un pilote tel que Nico Hulkenberg, actuellement chez Sauber.

Bianchi vers une promotion

« Si Ferrari m’appelle, je suis prêt ». La sortie n’est pas de Kimi Raikkonen mais de Jules Bianchi. S’il n’a pas encore obtenu le moindre point cette saison, le Français de 24 ans ne laisse pas indifférent l’écurie italienne dont il fut en 2009, le premier jeune talent de la Ferrari Young Drivers Academy. Et si l’arrivée de Bianchi au sein de la Scuderia Ferrari est plus qu’hypothétique, l’écurie italienne verrait d’un très bon œil le transfert de son poulain chez Sauber. D’autant que l’écurie suisse est motorisée par… Ferrari.

A lire aussi :

>> Domenicali : « J’espère que Bianchi roulera pour Ferrari »

>> GP de Hongrie : Hamilton l’habitué, Grosjean le désabusé

>> Tambay : « Une décision injuste pour Grosjean »

J.B avec A.A et à Spa