RMC Sport

A quoi joue Kubica ?

Entre le constructeur et l'entourage de Kubica, il y a de l'eau dans le gaz

Entre le constructeur et l'entourage de Kubica, il y a de l'eau dans le gaz - -

Quatre mois après son accident, le pilote polonais de Lotus Renault est en pleine rééducation. Mais il se retrouve pris entre deux feux : son écurie et son manager qui ne voient pas son avenir sportif de la même façon. Le mercato s’annonce d’ores et déjà bouillant.

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond entre Robert Kubica et Lotus Renault GP. Les deux parties ne semblent pas parler la même langue quand il s’agit d’évoquer le retour du Polonais à la compétition, après son grave accident en février sur la Ronde d’Andore (Italie). Chez Lotus Renault GP, on a toujours affirmé qu’il fallait prendre le temps de la guérison de la jambe et surtout du bras du pilote. Un état des lieux serait fait cet été. Cette ligne de conduite, rappelée encore récemment par Gérard Lopez, patron de Genii Capital, propriétaire de l’écurie, s’aligne sur le diagnostic du médecin qui avait opéré le pilote, le professeur Mario Igor Rossello.
C’est donc à la surprise générale que le manager du pilote a récemment évoqué un retour possible de son poulain au Brésil, pour le Grand Prix de clôture de la saison. Une déclaration survenue un mois après la sortie du pilote de l’hôpital Santa Corona, en Italie. « Selon moi, je ne parierais pas que Robert ne sera pas de retour avant la fin de 2011, souligne Daniele Morelli. Ce que Lopez a dit ne correspond pas aux informations que nous avons. Il n’y a aucune base pour faire une telle déclaration.

Ferrari au chevet de Kubica

Le Luxembourgeois avait laissé ouverte la possibilité d’aligner Kubica lors de séances d’essais libres pour un retour très progressif. Un programme light qui a fait bondir le manager du pilote. « Lui donner une séance le vendredi matin est vraiment le minimum que l’équipe pourrait faire pour soutenir son pilote. Pour moi cette proposition est insuffisante », a lancé Morelli.
L’agent italien amorcerait-il la pompe en vue du prochain mercato ? Ce serait un bon moyen de faire des clins d’œil à la concurrence et une manière de mettre la pression sur Lotus Renault GP. Sous contrat jusqu’en 2012, le Polonais a fait l’unanimité que ce soit chez BMW ou Renault. Les messages de soutien appuyés de Ferrari après l’accident, et les relations étroites qu’entretient Fernando Alonso avec le Polonais, n’ont échappé à personne, surtout du côté de chez Renault F1. Kubica, qui passe son temps entre Monaco et la clinique de rééducation du docteur Ceccarelli en Italie, doit se sentir très entouré.

Louis Chenaille (avec A.A.)