RMC Sport

Alain Prost : « Nico Rosberg a franchi un cap »

Alain Prost

Alain Prost - -

Le quadruple champion du monde de F1 (1985, 1986, 1989, 1993) n’a pas caché son émotion après le succès de Nico Rosberg, ce dimanche, au Grand Prix de Monaco. Le « Professeur », qui a connu le père du pilote allemand, estime que le fils de « Keke » arrive à maturité.

Alain, comment avez-vous vécu ce Grand Prix de Monaco ?

J’ai eu un petit peu d’émotion aujourd’hui (dimanche). Voir Nico gagner ici à Monaco… Je l’ai vu naître. En 1986, j’ai gagné ici devant son père. C’était probablement une de mes plus belles victoires en F1. Et puis en 1983, son père a gagné ici. C’était il y a 30 ans. Dans l’histoire de la course automobile, ça ne s’est jamais vu. 

Le succès de Nico Rosberg est mérité selon vous ?

J’étais vraiment très heureux qu’il gagne. Il a été très, très solide ce week-end. Depuis jeudi, il a bien construit sa course. On sentait qu’il avait les choses en main. Cela aurait été une vraie injustice de ne pas le voir gagner aujourd’hui, avec tous les problèmes survenus pendant la course. On ne sait jamais ce qui peut se passer.

Nico Rosberg a-t-il changé de dimension?

Il a franchi un cap cette saison. Tout le monde pensait qu’il allait avoir beaucoup de mal face à Lewis Hamilton, que je considère comme un des pilotes les plus rapides du plateau. Sa cohabitation avec Michael Schumacher était vraiment antinomique, avec un pilote plusieurs fois champion du monde. On voit très bien que pendant ces trois années, ils ont fait beaucoup pour que Michael Schumacher soit au niveau. Le fait que Rosberg soit libéré de son poids lui permet de prendre aujourd’hui une autre stature. Et il est en train de le prouver. C’est une belle histoire. On l’avait peut-être un peu oublié ces deux dernières années. C’est un vainqueur potentiel.

Certaines mauvaises langues diront que les Mercedes ont bénéficié de leurs tests de pneumatiques Pirelli pour bien gérer la course. Que dit le sage que vous êtes à ce sujet ?

Le sage va vous dire qu’ils ont fait trois fois la pole position avant. Ils ont eu des problèmes de dégradation de pneus évidente pendant les derniers Grand Prix. Mais on savait aussi que s’il y avait un endroit où ils pouvaient gagner, c’était là. Alors est-ce que ça a été un avantage de faire ses essais ? Impossible à dire. Ce qui est sûr, c’est que les choses non autorisées ne sont pas autorisées. L’enquête le dira. Je ne pense pas qu’on puisse dire que la victoire est due à ces essais. Ce serait méchant.

Vous avez apprécié ce Grand Prix ?

C’était un beau Grand Prix, même s’il était un peu bizarre, pas très animé. Ce qui était le plus surprenant, c’était la compétitivité des voitures, qui étaient très proches les unes des autres. Etait-ce dû au fait qu’on ne pouvait pas vraiment attaquer à cause des pneus ?

A lire aussi

Mercedes au cœur de la polémique

Vergne rescapé, Grosjean puni

Le classement du GP de Monaco

Propos recueillis par Antoine Arlot, à Monaco