RMC Sport

Alonso : « Nous n’étions pas les plus rapides »

Fernando Alonso

Fernando Alonso - -

Fernando Alonso a conforté son avance au championnat du monde, ce dimanche, en remportant le GP d’Allemagne. Le pilote Ferrari est soulagé d’avoir pu résister à ses poursuivants, malgré une voiture moins rapide…

Fernando, comment analysez-vous votre troisième victoire de la saison ?

C’était vraiment difficile… Ce n’était pas une course facile car nous n’étions sans doute pas les plus rapides sur le sec. Mais nous étions compétitifs, il suffisait de garder la tête. L’équipe a fait de très choix tactiques. Nous avons notamment immédiatement réagi lorsque Jenson (Button) est rentré au stand. Je savais que c’était une longue course. Durant 27 tours, Jenson m’a mis beaucoup de pression. Mais je sentais bien la voiture, qui avait une bonne vitesse de pointe. Après, il fallait surtout gérer l’usure des pneus.

Qu’est-ce qui a fait la différence par rapport à vos concurrents ?

Avant de venir ici, nous avions des doutes concernant la performance de la voiture… A Valence et Silverstone, nous étions toujours plus lents que Red Bull. En qualification, nous avons pris la pole dans des conditions de pluie qui conviennent à notre voiture. Sur le sec, nous avons encore vu que nous n’étions pas les plus rapides. Sebastian (Vettel) et Jenson (Button) ont mis beaucoup de pression. Partir en pole position a été la clé parce qu'il est difficile de dépasser. Nous devons rester cohérents et continuer à terminer toutes les courses. 

N’avez-vous pas eu peur de revivre le même scénario qu’à Silverstone ?

Non, j’étais bien plus confiant qu’à Silverstone. Il y a deux semaines, le problème était que nous avions des pneus différents. Nous savions que dans le dernier relais, nous aurions une période difficile. Ici, en s’arrêtant au même tour que les autres, avec le même type de pneus, j’étais beaucoup plus confiant.

Un Espagnol qui gagne avec une voiture italienne en Allemagne, c’est un beau clin d’œil à la situation géopolitique actuelle…

Je ne connais pas grand-chose en politique mais je sais que la situation n'est pas géniale en ce moment en Espagne. Alors un pilote espagnol qui s’impose dans une voiture italienne, conçue par un Grec... Nous nous réjouissons de cette victoire !

A quoi vous attendez-vous le week-end prochain en Hongrie ?

Ça va être serré ! C’est un petit circuit et cette année, huit ou neuf voitures se sont déjà tenues en deux ou trois dixièmes. Il faudra faire des qualifications parfaites car on peut se retrouver en dehors du Top 10 pour quelques dixièmes… Nous aborderons ce week-end de la même manière que les deux précédents. J’espère que nous aurons des nouvelles pièces pour la Hongrie.

Propos recueillis par Antoine Arlot