RMC Sport

Bourdais : « Des circuits plus sûrs mais moins exigeants »

-

- - -

Avant le Grand Prix de Turquie, le pilote français regrette que les tracés des nouveaux circuits de F1 aient été rendus plus « faciles ».

Sébastien Bourdais, regrettez-vous que les pistes de F1 ne soient pas assez difficiles ?
La F1 a pris une direction assez artificielle ces dernières années. On a rendu les circuits plus sûrs mais moins exigeants. Avant à Spa dans le virage Pouhon, dès qu’on faisait une erreur, c’était la fin de la course. Maintenant, on passe de l’autre côté du vibreur et c’est comme s’il ne s’était rien passé. Il n’y a plus cette notion de « risque » sans qu’il s’agisse d’un risque fort parce qu’il y avait quand même du dégagement. Mais on ne s’en sortait pas ou alors on abimait quelque chose. On faisait en sorte d’avoir une petite marge et quand on prenait le risque, on ne le prenait qu’une fois. Aujourd’hui, on prend tout le temps des risques et cela enlève un peu de charme.

A ce titre, verriez-vous d’un bon œil la multiplication des circuits urbains comme celui de Rome évoqué récemment ?
Non, c’est un autre exercice. On ne peut pas se permettre d’avoir des vitesses de passage trop élevées parce qu’il y a trop de virage en aveugle et cela devient trop dangereux. Je ne crois pas que cela soit la solution. La F1 n’est pas une série qui utilise un grand nombre de circuits urbains. On a Monaco, Singapour, s’il y en avait un ou deux autres pourquoi pas. Mais ce n’est pas la Formule 1. La F1, ce sont les voitures les plus rapides du monde qui, visuellement, rendent quelque chose.

Est-ce que le virage 8 en Turquie fait partie des attractions de la F1 ?
Oui, je crois. Encore qu’ici cela écrase pas mal. C’est assez difficile de montrer à quel point la voiture prend de la vitesse. La vitesse minimale ici c’est 250 km/h. C’est quelque chose de très particulier donc je ne sais pas si c’est ce qui rend le plus. C’est dans un virage comme Becketts à Silverstone où on fait un enchaînement droite-gauche, droite-gauche, que la rapidité de changement de direction de la voiture rend les choses très impressionnantes visuellement.

La rédaction - Guillaume Navarro à Istanbul