RMC Sport

Bourdais réussit ses débuts

Débuts réussis pour Bourdais

Débuts réussis pour Bourdais - -

Sébastien Bourdais a marqué les deux premiers points de sa carrière en F1 à l’occasion de son premier Grand-Prix en Australie.

Pour la première course de sa carrière en Formule 1, Sébastien Bourdais avait comme premier objectif de voir le drapeau à damier, sans forcément marquer de points. Paradoxalement, c’est l’inverse qui s’est produit puisque le quadruple champion du monde de ChampCar casse son moteur à deux tours de l’arrivée, mais profitant de nombreux abandons et de la disqualification de Barichello, inscrit deux points au championnat du monde.

L’histoire retiendra surtout son sang froid dans une lutte acharnée face à Fernando Alonso pourtant au volant d’une voiture plus performante, ainsi que la qualité de son pilotage lors d’une course très piégeuse. « Mon chef mécanicien était en larme à la fin de la course. Toute l’équipe s’est défoncée tout l’hiver pour nous amener là. Dans la position dans laquelle ont était (4e à deux tours de l’arrivée), c’est décevant, explique le pilote français. Mais il faut relativiser. On a montré ce qu’on pouvait faire. En plus on ramène des points à la maison donc ce n’est pas si négatif que ça. »

Une performance qui est même très positive pour une équipe dite de fond de grille et qui n’avait marqué que 8 points la saison dernière. C’est donc en héros que Sébastien Bourdais a été accueilli après la course. Une osmose semble s’être crée entre le pilote et l’écurie Toro-Rosso. « Ce qui est bien avec lui, c’est qu’il pense toujours à l’équipe avant tout, assure son père Patrick Bourdais. Quand je l’ai eu après la course, il m’a dit qu’il avait pris les mécanos dans ses bras afin de leur remonter le moral puisqu’ils étaient déçus pour lui après son abandon. Mais comme il leur a dit, marquer des points c’est déjà extraordinaire. »

Mais pas vraiment le temps de se savourer cette entame réussie. Le Grand-Prix de Malaisie arrive dès le week-end prochain. « Je ne savais pas trop à quoi m’attendre ici (en Australie), donc je ne sais pas trop à quoi m’attendre là-bas. On va remettre ça et on verra bien où ca nous emmène. »
La tête toujours sur les épaules, le néophyte de la Formule tentera une nouvelle fois de prouver le week-end prochain que sa place est bien en Formule 1.

La rédaction avec Julien Fébreau