RMC Sport

Button danse sous la pluie

Jenson Button aux anges après sa  folle victoire à Montréal.

Jenson Button aux anges après sa folle victoire à Montréal. - -

Rendu dantesque par les conditions météo, le GP du Canada a vu Jenson Button réaliser un grand numéro ce dimanche pour s’offrir sa première victoire de la saison après avoir fait craquer Sebastian Vettel dans le dernier tour. Nice job, mister.

Tabernacle de pluie ! Entre les collisions, les têtes-à-queues, les passages du safety car, la grande interruption de deux heures, les passages aux stands, le commissaire qui trébuche sur la piste devant une voiture, les cinq départs lancés et la belle quatrième place d’un Michael Schumacher qui a longtemps pu rêver de podium, il fallait se multiplier pour suivre les aléas d’un GP du Canada dont le finish restera dans les mémoires.

Jenson Button, magicien entre les gouttes

Un accrochage avec son coéquipier Lewis Hamilton. Un autre avec Fernando Alonso. Six passages aux stands. Un drive through (pénalité) pour avoir roulé trop vite derrière le safety car. Un temps au-delà du dixième rang, Jenson Button semblait parti pour vivre une course en forme de cauchemar. C’était sans compter sur son talent phénoménal. Sans peur, Jenson remonte ses rivaux un à un et finit même par claquer le meilleur tour en course. Revenu sur les talons de Vettel, il en veut plus et lui met une grosse pression. Assez pour faire craquer le pilote allemand dans le dernier tour et s’envoler vers sa première victoire de la saison. De quoi s’égosiller dans sa radio : « C’était une course d’enfer ! Une superbe victoire ! ». Et le Britannique de savourer : « Je ne sais pas trop quoi dire. C’était une course fantastique, incroyable. Si on m’avait dit que ça allait se passer comme ça, je n’y aurais pas cru. »

Sebastian Vettel est donc humain

Même la pluie ne semblait pas l’affecter. A l’image de sa saison, le pilote allemand de l’écurie Red Bull a longtemps donné l’impression de marcher sur l’eau à Montréal. Au point de l’imaginer se diriger en père peinard vers une sixième en sept courses. Mais la pression d’un Button intenable a fini par faire craquer le champion du monde en titre. Une petite erreur dans le dernier tour envoie sa Red Bull en glissade et offre la victoire à Jenson. Une preuve que Vettel n’est pas imperméable à la pression. Alors, bien sûr, l’Allemand repart de Montréal avec une avance accrue au championnat. Il compte désormais 60 points d’avance sur Button, son nouveau dauphin. Assez pour ne pas s’inquiéter. Mais ses rivaux vont peut-être se remettre à y croire. Et ça change tout.

Lewis Hamilton se noie

Beaucoup avaient mis les mauvaises performances des McLaren en qualifications sur le compte de réglages déjà adaptés à la pluie. Jenson Button a apporté de l’eau à ce moulin. Tout l’inverse de Lewis Hamilton. Un Lewis toujours aussi chaud bouillant et qui va en payer le prix. Agressif, le Britannique harponne Mark Webber dès le premier tour, provoquant un tête-à-queue du pilote australien de Red Bull. Quelques minutes plus tard, Hamilton tente d’attaquer son coéquipier, Jenson Button, dans la ligne droite des stands. Les deux McLaren se touchent et Lewis est contraint à l’abandon. Un retour au garage où il trouvera du réconfort en partageant une coupe de champagne avec la chanteuse Rihanna. S’il veut titiller Vettel, et même reprendre la main sur son coéquipier Button, Hamilton doit retrouver son calme. Vite.

Le titre de l'encadré ici

Le classement du Grand Prix du Canada|||

1. Jenson Button (GBR/McLaren-Mercedes)                                     
2. Sebastian Vettel (Red Bull-Renault)          
3. Mark Webber (Red Bull-Renault)               
4. Michael Schumacher (Mercedes)                
5. Vitaly Petrov (Lotus-Renault)                
6. Felipe Massa (Ferrari)                       
7. Kamui Kobayashi (Sauber-Ferrari)             
8. Jaime Alguersuari (Toro Rosso-Ferrari)       
9. Rubens Barrichello (Williams-Cosworth)       
10. Sébastien Buemi (Toro Rosso-Ferrari)         
11. Nico Rosberg (Mercedes)                      
12. Pedro de la Rosa (Sauber-Ferrari)            
13. Vitantonio Liuzzi (Hispania-Cosworth)        
14. Narain Karthikeyan (Hispania-Cosworth)       
15. Jérôme d'Ambrosio (Virgin-Cosworth)          
16. Timo Glock (Virgin-Cosworth)                 
17. Jarno Trulli (Team Lotus)                    
18. Paul di Resta (Force India-Mercedes)