RMC Sport

Comment le patron de Mercedes explique l’ultra-domination de ses pilotes

Toto Wolff en discussion avec Niki Lauda

Toto Wolff en discussion avec Niki Lauda - -

EXCLU RMC SPORT. Toto Wolff, le directeur de l’écurie Mercedes, fait preuve d’une grande humilité au moment de commenter la domination de Lewis Hamilton et Nico Rosberg depuis le début de la saison de la F1.

Toto Wolff, comment expliquez-vous le succès de Mercedes cette saison ? Avez-vous beaucoup mieux travaillé que les autres ?

Je crois qu’on ne peut pas dire de nous-mêmes qu’on a beaucoup mieux travaillé. Ce serait complètement détaché de la réalité et arrogant. Ce n’est pas aussi simple que ça. Il y a un nombre de facteurs importants. L’un d’entre eux, c’est qu’on a commencé assez tôt à développer la voiture de 2014. On a intégré le moteur dans le châssis plus tôt que beaucoup d’autres. Dans la deuxième moitié de la saison 2013, on était moins performant parce que nos ingénieurs travaillaient sur l’intégration. Et puis on a une organisation qui fonctionne bien. On a de très bons ingénieurs. C’est un procédé dynamique qui ne s’arrête pas, qu’on continue à optimiser. On a certainement aussi des départements dans lesquels il faut qu’on s’améliore, comme la simulation. On a deux pilotes très performants et un moteur qui fonctionne. Si on arrive à mettre tous ces facteurs ensemble et à avoir un esprit d’équipe, ça commence à tourner.

Craignez-vous un retour de Red Bull, qui met beaucoup de moyens pour réduire l'écart ?

Il faut les craindre. Ils ont gagné le championnat quatre fois. Nous, on a gagné cinq courses. On est encore loin de la fin du championnat. Ils ont démontré qu’ils pouvaient être très efficaces, avec deux pilotes (Sebastian Vettel, Daniel Ricciardo), qui fonctionnent bien. Il ne faut surtout pas croire que c’est fait.

Si Red Bull fait part un jour de son intérêt pour le moteur Mercedes, seriez-vous gêné ?

Notre priorité n°1, c’est de devenir champion du monde en tant que Mercedes. Fournir des moteurs, c’est une partie de business. Je mettrais un point d’interrogation !

Lewis Hamilton et Nico Robserg se battent comme des chiens sur la piste. C'est une volonté de Mercedes de protéger l'esprit sportif...

Oui, absolument. C’est du sport. C’est un travail de marketing, autour de notre marque. On fait ça parce que la course, la compétition entre les pilotes et les ingénieurs, est notre ADN. C’est grâce à la compétition qu’on améliore la voiture. C’est pour cela qu’on les laisse se battre comme des chiens, comme vous le dites.

Allez-vous finir par favoriser un pilote si l'un des deux se détache ?

Non. On va continuer jusqu’à la fin de la saison. Naturellement, si l’un peut gagner le championnat, que l’autre n’a plus de chances et que des adversaires se rapprochent, il faudra peut-être rééquilibrer la situation. Mais on en est loin.

Est-ce faux de dire que Mercedes est en contact avec Fernando Alonso pour les saisons à venir ?

Oui, c’est faux. Ce n’est pas la vérité. Fernando Alonso est clairement l’un des meilleurs pilotes du monde. C’est quelqu’un qui est au top. Mais ce n’est pas une question qui se pose en ce moment. On a des contrats avec nos deux pilotes, qui font partie des meilleurs du monde.

A lire aussi :

>> Pourquoi le Grand Prix de Monaco est devenu le plus risqué de la saison

>> Grosjean : « Il y a des moments où il faut faire des choix »

>> Tambay : « Psychologiquement Hamilton prend la main »

Propos recueillis par Antoine Arlot à Monaco