RMC Sport

F1 : des moteurs en sourdine qui agacent le paddock

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Depuis la mise en place cette saison des moteurs hybrides, le vrombissement des Formule 1 n’est plus le même. Cette situation incommode les acteurs de la F1 mais les solutions restent bien minces pour revenir au bruit d’antan.

Ce jeudi, Sebastien Vettel n’y est pas allé par quatre chemins. A la question posée : « Que pensez-vous du nouveau bruit des moteurs ? », le quadruple champion du monde de F1 a lâché, cash et sans détour : « C’est de la merde ! ». Des paroles directes, qui ont le mérite d’être claires. A travers ces propos, le leader de Redbull pointe du doigt l’un des sujets polémiques du moment. Avec le passage du V8 au V6 turbo hybride, le bruit des moteurs a été divisé par deux. Du coup, les nouveaux moteurs ne sont plus assez bruyants ! Une perte de décibels qui déstabilise tout le paddock.

« Ce n'est pas le bruit qui m'horrifie, c'est au contraire le manque de bruit, estime Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1. Ces voitures n’ont pas la sonorité de voitures de course. » Romain Grosjean est lui, un peu plus mesuré mais reconnait que le son du moteur a perdu de sa superbe. « C’est sûr que j’aime bien le bruit des moteurs. Cette année, je suis perplexe comme tout le monde. Maintenant c’est le début d’une nouvelle technologie. Il ne faut pas taper dessus d’entrée. Ça peut donner quelque chose d’intéressant dans un futur proche il faut juste attendre. »

Quelles solutions ?

Pour trouver des solutions, certains s’organisent, à l’image du promoteur du GP d’Australie qui a planifié une réunion la semaine prochaine à Bahrein avec tous les promoteurs de Grands-Prix. Ainsi, Ron Walker espère faire front commun contre ce nouveau bruit qui, selon lui, empêche la F1 de respecter son contrat moral, le spectacle n’étant plus le même. De son côté, le président de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile), Jean Todt, s’est montré ouvert à la discussion pour trouver un compromis. « Oui, le bruit est différent par rapport aux années précédentes, et si cela pose problème, nous pourrions en discuter avec les écuries pour voir comment les rendre plus bruyants » a-t-il déclaré dans les colonnes de la Gazzetta Dello Sport.

Malgré les volontés de chacun de retrouver le bruit qui plaisait tant aux acteurs comme aux spectateurs de F1, il existe peu de solution. Le retour à l’ancien moteur est complètement exclu au vu des dépenses colossales (plusieurs centaines de millions d’euros) qui ont été investies cet hiver pour développer cette nouvelle technologie. La solution viserait à intervenir sur la conception de la voiture en apportant des modifications, par exemple sur les échappements. Mais là encore, il faudrait revoir la conception des voitures et le design des moteurs, ce qui coûterait une fortune. Alors même si « les gens aiment sentir ces vibrations quand les 22 voitures sont sur la grille et préparent le départ », comme le souligne si bien Romain Grosjean, le son du moteur risque encore de faire pas mal de bruit dans le monde de la F1.

Le son du V6 turbo hybride :

Le son du V8 :

A lire aussi :

>> GP d’Australie : Ricciardo, la première affaire de la saison

>> F1 : écoutez le bruit surprenant des nouveaux moteurs

>> GP d’Australie : le bilan en trois points

La rédaction