RMC Sport

Kovalainen, le pilote miraculé

-

- - -

Le pilote McLaren, Heikki Kovalainen, aurait pu laisser sa vie dans la violente sortie de piste dont il a été victime dimanche au GP de Barcelone.

On a frôlé le drame le week-end dernier en Espagne, sur le circuit de Montmelo. Sorti de la piste à 250 km/h au 22ème tour du grand prix d’Espagne, le pilote de F1 Heikki Kovalainen est entré dans le mur de pneus à 130 km/h, subissant une décélération de 27G (soit 27 fois le poids de son corps).
Si à l’extérieur, le Finlandais ne semble souffrir que de contusions au tibia, ses organes -à commencer par son cerveau- ont dû absorber cette décélération.

Après être sorti de l’hôpital lundi soir, Kovalainen a d’ailleurs déclaré ne plus se souvenir de l’accident. Malgré (ou grâce à) cela, l’ancien pilote essayeur de Renault a déclaré vouloir être au départ du grand prix de Turquie, le 11 mai.

Le Dr Ricardo Ceccarelli est médecin en F1, et s'occupe de nombreux pilotes dont Heikki Kovalainen. Il nous explique les risques de reprendre le volant trop rapidement après un aussi gros crash :
« Même si le pilote ne souffre d’aucune hémorragie, il se peut que pendant une, deux, voire trois semaines, son cerveau soit encore "sous contusion" comme on dit. Dans ces cas-là, les réflexes ne sont plus très bons et la concentration est plus faible. Il devient donc plus risqué de piloter une formule 1. De plus en cas de deuxième accident consécutif, les conséquences peuvent être beaucoup plus graves. C’est pour cela que les médecins peuvent ne pas donner leur accord, même si le pilote se sent bien. C’est une précaution. »

Heikki Kovalainen passera entre les mains des médecins de la FIA le jeudi précédent la course. Seuls ces derniers décideront s’il est apte, ou non, à reprendre le volant en Turquie.

La rédaction avec Julien Febreau