RMC Sport

Kubica entre Renault et Toyota

-

- - -

Annoncé chez Renault pour prendre le volant de Fernando Alonso, Robert Kubica est aussi courtisé par Toyota.

Renault et Toyota sont en lutte pour recruter le Polonais Robert Kubica (BMW Sauber), ont indiqué vendredi les patrons des deux écuries. « Kubica, nous essayerons de nous battre avec nos amis, ici, à droite, a indiqué John Howett, le président de Toyota F1, désignant Bob Bell, le directeur par interim de Renault. J'espère que nous pourrons l'avoir. Mais si nous n'y arrivons pas, il y a d'autres alternatives », a indiqué M. Howett, qui a indiqué pouvoir dégager de son budget l'enveloppe nécessaire à un tel transfert.
« Je dirai que nous avons le plus de chances de l'engager. Mais John dira que c'est lui. L'histoire déterminera qui l'emportera », a de son côté déclaré Bob Bell.

Robert Kubica se dit à la recherche d'un volant depuis l'annonce fin juillet du retrait de BMW de la Formule 1. Le Polonais, quatrième du Championnat 2008, n'a pour l'instant pas fait de commentaire sur sa future destination.

L'avenir de Glock et Trulli s'assombrit

De leurs côtés, l'horizon des deux pilotes Toyota, Timo Glock et Jarno Trulli, se rétrécit d'autant, surtout celui de l'Italien. « Le marché est très fluide. On a essayé d'être très juste envers les pilotes en leur disant qu'on aurait peut-être pas de baquet pour eux l'an prochain. C'est transparent d'agir comme cela. Mais nous restons en contact avec eux pour l'année prochaine, en particulier avec Timo, a remarqué John Howett. Il y aura dans le marché des mouvement à propos desquels personne ne spécule en ce moment. Et nous voulons être libres afin de vraiment pouvoir agir au mieux. Nous avons une bonne voiture. Nous voulons de bons résultats. »

En finissant deuxième à Singapour lors du dernier Grand-Prix, Timo Glock a toutefois "renforcé son cas", a reconnu le président de Toyota F1. « Mais nous aimerions voir cela avec plus de constance. Son rythme de course est remarquable et l'a toujours été. Mais parfois, il a souffert en qualifications et s'est rendu la vie très difficile », a remarqué John Howett.

La rédaction avec agence